Migrants : le point sur une crise sans fin

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 13 min.
Migrants : le point sur une crise sans fin
franceinfo
Article rédigé par
C. Carnino, P. Loison - franceinfo
France Télévisions

Le 28 février, 200 migrants ont été sauvés par l’ONG Sea-Watch en Méditerranée. La crise perdure et pour en parler, le 23h de franceinfo a reçu Issouf Ag Aguidid auteur de "Issouf : un aller simple pour la France" aux éditions de l’Iconoclaste et Jean-Michel André, co-auteur de "Borders" aux éditions Actes sud.

Au large de la Libye, le 28 février dernier, 200 migrants ont été sauvés sur une embarcation de fortune par l’ONG Sea-Watch. Cette dernière a porté secours à 363 personnes uniquement entre le 26 et le 28 février. La plupart de ces migrants viennent d’Afrique. 3 700 ont été reconduits en Libye et placés dans des camps de rétention depuis le début de l’année. Ils viennent principalement de Syrie, d’Afghanistan et d’Irak, tandis que les premières destinations d’accueil sont l’Allemagne, la France et l’Espagne. 1200 migrants ont péri en Méditerranée en 2020.

"C’est une contrainte pour eux de quitter leur pays"

Pour évoquer cette crise, le 23h de franceinfo a reçu deux invités. Issouf Ag Aguidid d’abord, il est l’auteur de Issouf : un aller simple pour la France aux éditions de l’Iconoclaste et réfugié politique. "Je me rends compte de la chance que j’ai. Arriver en France, c’est une autre réalité. Ce sont vraiment des gens qui n’ont pas choisi de prendre la mer. S’ils l’ont fait, c’est qu’ils sont persécutés, il y a la guerre… C’est une contrainte pour eux de quitter leur pays", a-t-il expliqué. Jean-Michel André, photographe et co-auteur de Borders aux éditions Actes Sud était également sur le plateau du 23h. "Ce projet est né d’un sentiment de révolte et de colère au regard des milliers de morts en Méditerranée. La question des réfugiés est au cœur de ce livre. Il y a une dimension politique mais aussi poétique dans ce projet. Il est porté par l’espérance et la résistance."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.