Migrants : la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, veut "abolir le règlement de Dublin" sur les demandes d'asile

"Nous allons abolir le règlement de Dublin et le remplacer par un nouveau système européen de gouvernance de la migration (...). Il y aura un nouveau mécanisme fort de solidarité", a déclaré Ursula von der Leyen mercredi, devant les députés européens.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, lors de son premier discours sur l'état de l'Union européenne devant les députés européens, le 16 septembre 2020 à Bruxelles (Belgique).  (JOHN THYS / AFP)

La Commission européenne veut "abolir" le règlement dit de "Dublin", qui confie la responsabilité d'une demande d'asile au pays de première entrée des migrants dans l'Union européenne, a déclaré la cheffe de l'exécutif de l'UE, Ursula von der Leyen, devant le Parlement européen mercredi 16 septembre. 

"Je peux annoncer que nous allons abolir le règlement de Dublin et le remplacer par un nouveau système européen de gouvernance de la migration (...). Il y aura un nouveau mécanisme fort de solidarité", a déclaré la présidente de la Commission européenne. Ursula von der Leyen a tenu, mercredi, son premier discours sur l'état de l'Union européenne devant les députés européens.

L'ensemble de l'Europe "doit faire sa part"

Sa prise de parole intervient une semaine avant la présentation, par la Commission européenne, d'une réforme très attendue de la politique migratoire dans l'UE. Lors de son discours sur l'état de l'UE mercredi, Ursula von der Leyen a également appelé "tous les Etats membres de l'UE" à "intensifier leurs efforts" sur la question migratoire, et à ne pas se contenter des mesures prises au niveau communautaire. L'ensemble de l'Europe "doit faire sa part" et "agir dans l'unité", notamment face aux réfugiés du camp grec dévasté de Moria, a-t-elle insisté. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.