Migrants : des barrages flottants contre les bateaux des passeurs

Publié
Durée de la vidéo : 3 min
Migrants : des barrages flottants contre les bateaux des passeurs -
Migrants : des barrages flottants contre les bateaux des passeurs Migrants : des barrages flottants contre les bateaux des passeurs - (France info)
Article rédigé par franceinfo - E. Bonnasse, S. Lerch, @RevelateursFTV, L. Latour
France Télévisions
franceinfo
Quatre passeurs présumés mis en examen pour homicide involontaire après la mort de six migrants lors d’un naufrage près des côtes du Nord de la France samedi 12 août. Des tragédies qui se multiplient et des autorités qui ont du mal à y faire face. Un nouveau dispositif pour compliquer la tâche des passeurs a alors été mis en place.

À peine 50 cm séparent les bouées, reliées entre elles par une épaisse chaîne en métal. C’est le barrage flottant d'Étaples (Pas-de-Calais), nouveau dispositif de la préfecture du Pas-de-Calais. Il est situé dans un estuaire qui débouche sur la Manche. Le but, compliquer le travail des passeurs qui promettent aux migrants de rejoindre les côtes anglaises. Avant, les embarcations partaient directement des plages, portés par les passagers. Impossible aujourd'hui, les côtes sont trop surveillées. Alors les bateaux sont mis à l'eau dans des estuaires plus reculés et plus discrets.  

Une installation qui ne décourage pas les passeurs

Malgré le barrage d'Étaples, mince frontière située à quelques mètres du port, la nuit dernière a été agitée pour les plaisanciers. "Vers 4h du matin j’ai entendu des cris. J’ai ouvert la trappe et j’ai vu un zodiac avec plein de migrants", explique l’un d’eux. Pour les associations, le barrage ne serait pas seulement inefficace, il serait plus dangereux pour les personnes exilées. "Ça ne change pas leur volonté de rallier le Royaume-Uni, ça se fait de plus loin, ce qui augmente le temps de traversée", explique Pierre Roques de l’association "L’auberge des migrants". En 2022, près de 52 000 migrants ont risqué leur vie pour rejoindre l'Angleterre. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.