Loire-Atlantique : "On ne nous a pas demandé notre avis", regrette le premier adjoint de Piriac-sur-Mer, qui accueille 88 réfugiés afghans

Le premier adjoint au maire de la commune de Piriac-sur-Mer regrette de ne pas avoir été suffisemment consulté par les autorités avant concernant l'accueil de réfugiés Afghans dans un centre.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des réfugiés afghans arrivent à l'aéroport Roissy Charles-de-Gaulle au Nord de Paris le 18 août 2021. (ALAIN JOCARD / AFP)

"On ne nous a pas demandé notre avis", a assuré ce jeudi sur franceinfo le premier adjoint au maire de Piriac-sur-Mer (Loire-Atlantique), Loïc Chesnel, commune de 2 200 habitants qui accueille depuis ce mercredi 88 réfugiés afghans dans un centre d'accueil.

L'accueil imposé à la commune

"La préfecture nous a appelés lundi soir, pour nous demander si nous avions une structure pour accueillir des réfugiés", a raconté l'élu. "Nous n'en avions pas. Le lendemain matin, on a eu un coup de téléphone du directeur du centre où sont accueillis ces Afghans pour nous dire qu'il pouvait les accueillir."

"Je vais être franc, nous aurions aimé que ça se passe autrement", a déclaré le premier adjoint de la commune. "On ne nous a pas demandé comment organiser cet accueil. Ils sont arrivés hier soir à bord de deux bus."

"On ne nous a pas demandé comment organiser cet accueil. Ils sont arrivés hier soir à bord de deux bus."

Loïc Chesnel

à franceinfo

"Nous sommes ouverts à l'accueil des réfugiés", a ajouté Loïc Chesnel. "Nous arions certainement pu accueillir quatre, cinq, six familles, pas 88 personnes d'un coup comme ça." Le premier adjoint précise que "normalement, ils sont là pour deux semaines, nous a dit la préfecture. Ce qui m'inquiète dans cette situation, c'est qu'il y a des enfants qui ne sont pas scolarisés. Je ne sais pas ce qu'on va leur faire pendant ces quinze jours."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Migrants

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.