La France va créer des "hotspots" en Libye cet été pour examiner les demandes d'asile

Emmanuel Macron veut "éviter aux gens de prendre des risques fous alors qu'ils ne sont pas tous éligibles à l'asile".

Emmanuel Macron prononce un discours lors d\'une cérémonie de naturalisation, le 27 juillet à Orléans (Loiret).
Emmanuel Macron prononce un discours lors d'une cérémonie de naturalisation, le 27 juillet à Orléans (Loiret). (FRANCEINFO)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Emmanuel Macron veut répondre aux demandeurs d'asile avant qu'ils n'arrivent en France. "La France va créer dès cet été en Libye des hotspots", autrement dit des centres d'examen pour les candidats à l'asile, a-t-il annoncé jeudi 27 juillet en marge d'une visite d'un centre d'hébergement de réfugiés à Orléans (Loiret).

"L'idée est de créer en Libye des 'hotspots' afin d'éviter aux gens de prendre des risques fous alors qu'ils ne sont pas tous éligibles à l'asile. Les gens, on va aller les chercher. Je compte le faire dès cet été", avec ou sans l'Europe, a-t-il ajouté.

Les conditions de sécurité "pas réunies à ce stade"

Cette décision s'inscrit dans "la volonté du président de la République d'avoir un accueil qui soit digne pour ceux qui relèvent du droit d'asile", souligne-t-on dans l'entourage du chef de l'Etat, où l'on précise qu'"à ce stade, les conditions de sécurité ne sont pas réunies".

Depuis la chute de Mouammar Kadhafi, en 2011, la Libye est plongée dans le chaos et est devenue une plaque tournante des réseaux de passeurs et de trafiquants. Selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), plus de 100 000 migrants et réfugiés sont arrivés depuis janvier en Europe, dont plus de 85 000 ont débarqué en Italie en traversant la Méditerranée depuis les côtes libyennes.