L'ONU s'attend à un demi-million de réfugiés afghans de plus en 2021

"Nous devons donc être prêts à faire face à toutes les éventualités", a insisté la Haut-Commissaire adjointe de l'agence de l'ONU pour les réfugiés.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des réfugiés en provenance d'Afghanistan à leur arrivée à l'aéroport de Dulles, dans l'Etat de Virginie (Etats-Unis), le 26 août 2021. (WIN MCNAMEE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Les Nations unies ont annoncé vendredi 27 août anticiper jusqu'à un demi-million de réfugiés afghans supplémentaires en 2021, dans le pire des scénarios, même si pour l'instant aucun exode n'est constaté. "En termes de chiffres, nous nous préparons à environ 500 000 nouveaux réfugiés dans la région", a déclaré Kelly Clements, Haut-Commissaire adjointe de l'agence de l'ONU pour les réfugiés (HCR), à l'occasion de la présentation du Plan régional de préparation et d'intervention pour les réfugiés afghans.

Déjà 558 000 déplacés dans le pays

"N'oubliez pas que plus de 2,2 millions d'Afghans sont déjà accueillis par l'Iran et le Pakistan, et que la fuite est parfois non seulement le dernier recours, mais aussi la seule option dont disposent les gens pour survivre et jouir des droits humains les plus fondamentaux", a-t-elle ajouté. L'Iran et le Pakistan accueillent en outre trois autres millions d'Afghans ayant divers statuts, dont de nombreuses personnes sans papier, selon le HCR.

"Bien que nous n'ayons pas constaté d'importants départs d'Afghans à ce stade, la situation en Afghanistan a évolué plus rapidement que quiconque ne l'avait prévu. Nous devons donc être prêts à faire face à toutes les éventualités", a-t-elle insisté. Par ailleurs, plus de 558 000 Afghans ont été contraints de se déplacer à l'intérieur de l'Afghanistan cette année, rejoignant ainsi les quelque 2,9 millions d'Afghans qui étaient déjà déplacés dans le pays à la fin 2020, selon le HCR.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Migrants

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.