INFO FRANCE BLEU. Cinq nouveaux centres d'accueil pour réfugiés vont ouvrir en Île-de-France

Ces centres répartis dans toute l'Île-de-France vont remplacer le centre de premier accueil de la porte de la Chapelle à Paris, qui doit fermer ses portes à la fin du mois de mars.

Devant le centre humanitaire de premier accueil pour les migrants, à Paris, le 11 novembre 2016. 
Devant le centre humanitaire de premier accueil pour les migrants, à Paris, le 11 novembre 2016.  (MAXPPP)

Alors que le centre de la porte de la Chapelle à Paris doit fermer ses portes à la fin du mois de mars, le dispositif d'accueil des réfugiés en Île-de-France va être réorganisé. France Bleu Paris révèle mardi 13 mars que cinq centres d'accueil et d'examen de situation (CAES) répartis dans toute la région vont le remplacer.

Ces cinq centres, d'une capacité totale de 750 places (contre 450 porte de la Chapelle) vont ouvrir dans cinq départements : à Paris, boulevard Ney (toujours près de la porte de la Chapelle), à Ris-Orangis (Essonne), à Cergy (Val-d'Oise), ainsi que dans une commune des Hauts-de-Seine et une autre de Seine-et-Marne dont les noms ne sont pas encore connus.

"Augmenter la capacité d'accueil et réguler les flux de migrants"

Contrairement au centre actuel, l'accès ne se fera pas directement. Des maraudes emmèneront d'abord les réfugiés vers des centres d'accueil de jour (au moins quatre seront mis en place dans Paris). Puis des navettes viendront les chercher, pour les emmener dans l'un des cinq CAES, en fonction de leur situation, selon la préfecture de région, qui explique que cela permettra "d'augmenter la capacité d'accueil et de réguler aussi les flux de migrants".

Ouverte à l'automne 2016 la "Bulle" (surnom du centre actuel) a permis d'orienter 15 000 personnes l'an dernier vers le dispositif national d'accueil et des centres dans toute la France, un bilan "positif" selon la préfecture.