Incendie de Lesbos : plusieurs Etats européens proposent leur aide aux migrants du camp

La France, l'Allemagne et l'Union européenne ont accepté d'accueillir des migrants après l'incendie qui a ravagé mercredi Moria, le plus grand camp de réfugiés de Grèce. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une fillette dans le camp de migrants de Moria, en Grèce, ravagé par un incendie le 9 septembre 2020.  (ANGELOS TZORTZINIS / AFP)

L'Europe a promis de venir en aide aux migrants de Lesbos, après l'incendie qui a ravagé mercredi 9 septembre le camp hébergeant plus de 12 000 demandeurs d'asile sur l'île grecque. 

Face à la "catastrophe humanitaire", le ministre allemand des Affaires étrangères a réclamé mercredi des pays de l'Union européenne qu'ils prennent en charge des migrants. "Nous devons au plus vite déterminer comment nous pouvons soutenir la Grèce", a déclaré sur Twitter Heiko Maas. Parmi ces aides, "figure une répartition entre pays de l'UE prêts à accueillir (des migrants)", soutient le ministre, dont le pays assure la présidence semestrielle de l'Union européenne.

La France "prête à prendre sa part"

Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, a assuré que la France était "prête à prendre sa part dans la solidarité", pendant sa conférence de presse, mercredi. La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a déclaré que l'Union européenne se tenait "prête à aider". "Nous nous tenons prêts à aider, avec les Etats membres. Notre priorité est la sécurité de ceux qui se retrouvent sans abri", a-t-elle déclaré sur Twitter, précisant que le vice-président de la Commission, le Grec Margaritis Schinas, allait se rendre en Grèce "dès que possible". Plus tôt dans la matinée, la commissaire européenne aux affaires intérieures Ylva Johansson avait annoncé que l'Union européenne finançait le transfert et l'hébergement en Grèce continentale de quelque 400 enfants et adolescents du camp de Moria

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.