Immigration : le projet de loi contesté

Le nouveau projet de loi asile et immigration est très contesté. Si Gérard Collomb le considère comme "équilibré " ce n’est pas le cas de Pierre Henry, directeur général de France Terre d’Asile, qui est l’invité de ce Soir 3.

Gérard Collomb, qui porte ce projet de loi asile et immigration, l’a décrit comme "un texte totalement équilibré qui s’aligne sur le droit européen." Pour le directeur général de France Terre d’Asile, Pierre Henry, invité du Soir 3, ce n’est pas vraiment le cas. "La totalité des associations qui travaillent dans le secteur, le défenseur des droits, mais aussi la commission nationale des droits de l’homme, la plupart des experts pensent que ce texte est déséquilibré. On peut se poser la question de son utilité. La dernière loi date de 2016 et les décrets ne sont même pas sortis", déplore-t-il.
Alors est-il vraiment utile ? "Ce projet de loi ne répond à aucune des crises auxquelles nous sommes confrontés. Elle ne répond pas à la crise du premier accueil", dit-il notamment. "Des gens sont laissés dans la nature et le projet de loi est aveugle sur cette question".

Le droit d’aile : "un combat"

Mais alors est-ce la fin du droit d’asile en France ? "Le droit d’asile est un combat. Il y a des rapports de force. Nous sommes inquiets. Il faut d’abord accueillir le migrant en dignité pour ensuite étudier son cas. Depuis 30 ans, nous disons ‘nous sommes débordés’. Mais à aucun moment nous ne mettons réellement les moyens pour accueillir. Nous n’anticipons pas les crises."
Le Soir 3 s’est penché sur le cas d’un jeune Guinéen arrivé en France il y a quelque temps. Boubakar est arrivé en France et a été accueilli dans des familles, il va bientôt connaitre son sort. Un parcours à travers huit pays. Il ne sait pas où sont ses parents et pensait être accueilli dignement. La croix rouge qui doutait de son âge a refusé un placement en foyer malgré le fait qu’il soit mineur.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un homme venu du Soudan consulte son téléphone portable dans un centre d\'accueil et d\'orientation pour migrants, à Saint-Brévin-les-Pins (Loire-Atlantique), le 4 janvier 2017.
Un homme venu du Soudan consulte son téléphone portable dans un centre d'accueil et d'orientation pour migrants, à Saint-Brévin-les-Pins (Loire-Atlantique), le 4 janvier 2017. (LOIC VENANCE / AFP)