Grèce : deux migrants sont morts noyés après avoir été jetés en mer par des garde-côtes, selon plusieurs médias européens

Les corps des deux victimes, l'Ivoirien Sidy Keita et le Camerounais Didier Martial Kouamou Nana, ont été retrouvés par des garde-côtes turcs et des navires de plaisance, les 18 et 20 septembre dernier.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'île de Samos, en Grèce, le 17 décembre 2013. (MAXPPP)

Un demandeur d'asile camerounais accuse des garde-côtes grecs de l'avoir jeté à la mer, avec deux autres hommes qui sont morts noyés, lors d'une opération de refoulement vers la Turquie au large de l'île de Samos, en mer Egée, en septembre dernier, révèlent plusieurs médias européens, jeudi 17 février.

Cet homme, présenté comme Ibrahim et comme étant un ancien de la marine camerounaise, a expliqué que des garde-côtes grecs les avaient frappés "à coups de poing" avant de les "jeter à la mer" sans canot ni gilet de sauvetage, selon Der Spiegel (en allemand)MediapartThe Guardian (en anglais), ainsi que l'organisation de journalisme collaboratif Lighthouse Reports, basée aux Pays-Bas.

Les gardes-côtes nient toute pratique illégale

Les corps des deux victimes, l'Ivoirien Sidy Keita et le Camerounais Didier Martial Kouamou Nana, ont été retrouvés par des garde-côtes turcs et des navires de plaisance, les 18 et 20 septembre dernier. Ibrahim, qui a depuis déposé une demande d'asile en Grèce, avait réussi à rejoindre à la nage les côtes turques en face de Samos.

Le 14 septembre, il avait, avec 35 autres personnes, embarqué à bord d'un canot pneumatique pour rejoindre l'île grecque depuis les côtes turques. Arrivés sur l'île, plusieurs membres du groupe ont subi des violences de la part de garde-côtes grecs et se sont vu confisquer leurs téléphones portables et leur argent, selon plusieurs témoignages recueillis par ces médias.

Certains assurent avoir subi des fouilles dans l'anus et le vagin. Les trois hommes ont quant à eux été contraints d'embarquer plus tard à bord d'un bateau présenté comme celui de garde-côtes de Samos avant d'être jetés en mer. Interrogés par ces médias, les garde-côtes grecs ont une nouvelle fois nié toute pratique illégale.

Selon Der Spiegel, des avocats grecs préparent une plainte tandis que des avocats turcs ont déposé un recours devant la Cour européenne des droits de l'homme. Plusieurs ONG accusent régulièrement la Grèce de mauvais traitements dans les camps de migrants et de refoulements illégaux à sa frontière, ce que le gouvernement d'Athènes dément systématiquement.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Migrants

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.