Cet article date de plus de sept ans.

Vidéo Grèce : incidents dans un camp de migrants à Lesbos après la mort accidentelle d'une femme et d'un enfant

Les victimes sont mortes, jeudi, dans l'explosion accidentelle d'une bonbonne de gaz. Des violences ont éclaté ensuite entre les forces de l'ordre et les migrants, dans lesquels six migrants ont été blessés. 

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des occupants du camp de migrants de Moria, sur l'île grecque de Lesbos, tentent d'éteindre un incendie, le 25 novembre 2016. (AFP)

La situation est tendue dans le camp de migrants de l'île de Lesbos (Grèce). Dans la nuit du jeudi 24 au vendredi 25 novembre, des incidents ont éclaté entre des occupants du camp de Moria et les forces de l'ordre. Ces heurts interviennent après la mort accidentelle d'une femme de 66 ans et d'un enfant, jeudi, après l'explosion d'une bonbonne de gaz.   

Cette explosion a déclenché un incendie qui a tué un enfant de 6 ans qui se trouvait sous la tente. Sa mère ainsi qu'un deuxième enfant ont été grièvement blessés et hospitalisés. Après ce drame, des réfugiés ont déclenché plusieurs incendies dans le camp, provoquant d'importants dégâts selon la police. Des violences ont éclaté entre les forces de l'ordre et les migrants, dans lesquels six migrants ont été blessés. 

lesbos
lesbos lesbos

Déjà des incendies en septembre

Près de 16 000 migrants vivent dans les camps de réfugiés de Lesbos et des autres îles de la mer Egée, dont la capacité maximale d'accueil est de 7 500 personnes. Une situation qui provoque des tensions. En septembre, le camp de Moria avait déjà été en partie détruit par un incendie volontaire, obligeant ses 5 000 occupants à fuir dans la nuit avant de revenir le lendemain. D'autres heurts ont éclaté en novembre sur l'île de Chios, où un réfugié a été blessé à la tête par un jet de pierres.

Bloqués en Grèce par la fermeture des frontières en Europe, et menacés d'être renvoyés en Turquie dans le cadre de l'accord entre Ankara et l'Union européenne, une majorité de migrants présents sur les îles grecques ont demandé l'asile en Grèce, une procédure très longue.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.