États-Unis : les camps de migrants de la honte

Les centres de rétention sont surpeuplés aux États-Unis, notamment au Texas. Donald Trump a fait savoir que les migrants pouvaient rester chez eux. Ces derniers sont entassés à la frontière avec de nombreux enfants.

Les cellules sont surpeuplées où s'entassent des femmes et enfants, laissés à même le sol dans des conditions sanitaires catastrophiques. Certains se pressent contre les vitres pour demander de l'aide. Ces photos ont été prises par le ministère de la Sécurité intérieure. La surpopulation et les risques sanitaires ont été dénoncés. Notamment à la frontière mexicaine. En mai, 144 000 migrants avaient été arrêtés et détenus dans ces "camps de la honte", comme les avaient qualifiés les élus démocrates.

Boire l'eau des toilettes

En visite sur place, un député a filmé avec son téléphone : douches délabrées, femmes sans accès à l'eau et sans médicaments. "Ces femmes sont parquées dans des pièces où il n'y a pas d'eau courante. Les officiers leur disent de boire l'eau des toilettes", déplore Alexandria Ocasio-Cortez, députée démocrate de New York.
Le centre pointé du doigt est celui de Clint au Texas où près de 300 mineurs ont été séparés de leur famille et détenus au-delà des 72h des heures légales. Face au tollé, le Congrès américain a débloqué quatre milliards d'euros. Mais Trump ne veut pas revenir sur sa politique migratoire.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des migrants du Guatemala et du Salvador, à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis, le 14 décembre 2018.
Des migrants du Guatemala et du Salvador, à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis, le 14 décembre 2018. (DAVID PEINADO / NURPHOTO / AFP)