DIRECT. Migrants : "Depuis l'expulsion de la Chapelle, la situation s'est aggravée"

Quatre-vingt-quatre personnes ont été évacuées lundi de la bibliothèque Vaclav-Havel, rue Pajol (18e arrondissement de Paris), et emmenées au commissariat. 

Des migrants se protègent du gaz lacrymogène lors de l\'évacuation de la bibliothèque Vaclav-Havel, rue Pajol, dans le 18e arrondissement de Paris, lundi 8 juin 2015.
Des migrants se protègent du gaz lacrymogène lors de l'évacuation de la bibliothèque Vaclav-Havel, rue Pajol, dans le 18e arrondissement de Paris, lundi 8 juin 2015. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Plusieurs dizaines de migrants ont été délogés lundi 8 juin d'un quartier du nord de Paris par les forces de l'ordre, une semaine après le démantèlement du campement de la Chapelle. Au lendemain de cette nouvelle évacuation, la situation de nombreux de ces migrants est incertaine. Suivez la situation en direct.

Au total, 84 évacuations rue Pajol. Selon le préfet de police de Paris, Bernard Boucault, 84 personnes ont été évacuées de la bibliothèque Vaclav-Havel, rue Pajol (18e arrondissement de Paris), peu après 16 heures, et emmenées au commissariat. Il leur a été demandé, avec l'aide de cinq interprètes, s'ils souhaitaient solliciter l'asile.

La situation des migrants incertaine. Après l'évacuation, certains migrants se sont à nouveau établis non loin de la place de la Chapelle, selon des témoins. D'autres se sont rendus dans un jardin partagé du quartier, où un élu écologiste juge que, "depuis l'expulsion de la semaine passée, la situation s'est aggravée".

 Pierre Laurent réclame "plus d'humanité". Invité d'Europe 1, le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, a déploré l'évacuation policière. "Je trouve incroyable qu'on ne soit pas capable de régler avec plus d'humanité des situations de ce genre", a-t-il déclaré.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #MIGRANTS

23h42 : Depuis le début de l'année, environ 20 000 migrants sont arrivés, chaque mois, en Europe, via la Méditerranée. Le nombre de morts durant la traversée s'élève à 1 700 en cinq mois. Francetv info vous détaille les derniers chiffres publiés par le Haut Commissariat aux réfugiés des Nations unies.

21h31 : "Ce qu'attendent les Français du gouvernement, ce n'est pas qu'il organise un tour de l'Ile-de-France pour les clandestins, c'est qu'ils les renvoient chez eux."




François Fillon prône la fermeté après l'évacuation du camp de migrants de la rue Pajol, à Paris. "Le problème a été déplacé, il n'a pas été résolu", estime-t-il.

21h20 : C'est un post-it qui a fait beaucoup de bruit. Un migrant centrafricain a présenté un message tamponné par l'Office français de l'immigration et de l'intégration qui l'autoriserait "à dormir où il veut dehors". Notre journaliste Louis San vous en dit plus ici, alors que le gouvernement émet des doutes sur la véracité du document.

(PASCAL JULIEN / TWITTER)

21h16 : D'évacuation en évacuation, vous avez perdu le fil dans le dossier des migrants du 18e arrondissement de Paris ? Notre journaliste Anne Brigaudeau vous remet les idées au clair en cinq points abordant notamment la question du relogement et des demandes d'asile.

(JOEL SAGET / AFP)

20h53 : La manifestation de soutien aux migrants s'est terminée dans le calme, dans le nord de Paris. Voici les derniers messages envoyés par notre journaliste sur place.

20h06 : Un face-à-face a débuté entre manifestants et CRS, dans le nord de Paris. Notre journaliste Thomas Baïetto suit le cortège, qui est arrivé porte de la Chapelle.

19h30 : Selon l'adjoint au maire PCF-Front de gauche du 18e arrondissement Gérald Briant, "tout devient compliqué" depuis l'évacuation du campement de la rue Pajol. "Il y a de la méfiance" chez les migrants, qui peinent à comprendre l'intervention des forces de l'ordre.




(FRANCE 2)

19h09 : Le rassemblement de la rue Pajol est terminé, indique notre envoyé spécial sur place. Certains manifestants emmenés par le Nouveau parti anticapitaliste s'engagent à présent vers le Bois Dormoy, où des migrants ont dormi cette nuit.

19h08 : Le Défenseur des droits, Jacques Toubon, annonce qu'il a ouvert une enquête sur l'opération d'évacuation de migrants survenue, hier, dans le 18e arrondissement de Paris. Il va notamment se pencher sur les accusations de "violences policières".

19h00 : Le Défenseur des droits ouvre une enquête sur les migrants délogés à Paris.

18h56 : Les prises de parole s'enchaînent dans le 18e arrondissement de Paris, en soutien aux migrants évacués hier. Des élus du PCF et du Parti de gauche n'hésitent pas à mélanger divers sujets d'actualité pour tacler le gouvernement.

18h12 : Direction la rue Pajol, dans le nord de Paris, où des partis de gauche et des associations appellent à manifester contre les "violences policières" d'hier, lors de l'évacuation d'un camp de migrants. Notre journaliste Thomas Baïetto est sur place.

17h28 : Interpellé à l'Assemblée nationale sur la gestion des migrants à Paris, Bernard Cazeneuve affirme que l'Etat a agi "avec humanité" et "responsabilité". "Il est plus difficile d'agir avec humanité et responsabilité que de commenter sur tous les plateaux de télévision avec la plus grande démagogie et la plus grande irresponsabilité les difficultés auxquelles le gouvernement est confronté", martèle le ministre de l'Intérieur.


16h06 : La Chapelle, Saint-Bernard, la halle Pajol... Depuis une semaine et l'évacuation du camp de la Chapelle, les migrants du nord de Paris errent de campement de fortune en campement de fortune. Notre journaliste Thomas Baïetto est allé à leur rencontre dans le jardin partagé du Bois Dormoy, où ils ont trouvé refuge hier soir.


(THOMAS BAIETTO / FRANCETV INFO)

15h21 : "Le gouvernement agit avec humanité."

Interrogé sur la question des migrants à l'Assemblée nationale, le ministre de l'Intérieur affirme que les autorités ont proposé "471 hébergements" après l'évacuation du campement de La Chapelle, à Paris, la semaine dernière.

14h57 : Un lieu d'accueil pour les migrants pourrait ouvrir à Paris, selon la mairie, citée par L'Obs. Une telle structure ne verrait cependant le jour que sous plusieurs semaines.

14h15 : Plus de 100 000 migrants et réfugiés sont arrivés en Europe depuis le début de l'année via la Méditerranée, selon le Haut Commissariat aux réfugiés des Nations unies. Ils sont 54 000 à être arrivés en Italie, 48 000 sur les côtes grecques, 91 sur l'île de Malte et 920 en Espagne.

13h32 : Les migrants interpellés samedi dans le 18e arrondissement doivent comparaître devant le tribunal administratif cet après-midi. Huit audiences sont prévues, selon un riverain mobilisé pour les défendre.

11h17 : Olivier Besancenot a déploré ce matin sur BFM TV, "une forme de xénophobie" de la part du gouvernement, au lendemain de la nouvelle évacuation d'un camp de migrants, dans le nord de Paris. Et l'ancien leader du Nouveau parti anticapitaliste appuie son raisonnement sur "une vieille vanne de Coluche". Voici ses déclarations.


(BFM TV)

10h38 : Invité ce matin d'Europe 1, le secrétaire national du PCF a dénoncé la nouvelle évacuation de migrants dans le nord de Paris. Il "trouve incroyable qu'on ne soit pas capable de régler avec plus d'humanité des situations de ce genre". Et Pierre Laurent pointe "une intervention brutale, une espèce d'acte d'autorité sans perspective ni pour les migrants, ni pour personne d'ailleurs".




(EUROPE 1)

10h38 : @anonyme En effet, le post-it rose qui aurait été remis à des migrants porte un tampon de l'Office français de l'immigration et de l'intégration, "direction territoriale de Lille". Nous les avons contactés, nous attendons une infirmation ou une confirmation de leur part.

10h33 : Le petit papier twitté comme venant de la prefecture de paris ne précise-t-il pas : "direction territoriale à Lille"?

10h06 : Notre journaliste Thomas Baïetto est toujours avec une partie des migrants évacués de la halle Pajol, à Paris, qui ont échoué dans un jardin partagé du 18e arrondissement. Il recueille des témoignages, publiés sur Twitter.

09h51 : Selon plusieurs journalistes et élus, des migrants évacués de la halle Pajol à Paris (18e) étaient en possession d'un post-it rose tamponné de l'Ofii (Office français de l'immigration et de l'intégration), avec ce mot : "Monsieur a RDV à l'Ofpra pour sa demande d'asile, veuillez l'autoriser pour un court temps à dormir où il veut dehors. Merci !" Ce document manuscrit, non authentifié, choque plusieurs personnes.

09h08 : Notre journaliste Thomas Baïetto est allé à la rencontre ce matin d'une partie des migrants expulsés de la halle Pajol, à Paris. Ils ont trouvé refuge cette nuit dans un jardin partagé du 18e.