Revivez l'audience de l'agriculteur jugé à Nice pour avoir aidé des migrants

Le parquet estime que cet habitant de Breil-sur-Roya n'a pas agi à titre humanitaire, mais par militantisme.

Cédric Herrou, jugé pour avoir aidé des migrants, arrive au Palais de justice de Nice (Alpes-Maritimes), le 23 novembre 2016.
Cédric Herrou, jugé pour avoir aidé des migrants, arrive au Palais de justice de Nice (Alpes-Maritimes), le 23 novembre 2016. (YANN COATSALIOU / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Cédric Herrou, un agriculteur de 37 ans, a été jugé, mercredi 4 janvier, par le tribunal correctionnel de Nice (Alpes-Maritimes) pour aide aux migrants. Poursuivi notamment pour "aide à l'entrée, à la circulation et au séjour d'étrangers en situation irrégulière", il a vu le procureur requérir huit mois de prison avec sursis contre lui. Le parquet estime que cet habitant de Breil-sur-Roya n'a pas agi à titre humanitaire, mais par militantisme.

200 migrants accueillis. Membre de l'association Roya Citoyenne, Cédric Herrou avait notamment été interpellé en août avec huit Erythréens à bord de son véhicule. Il a également installé, sans autorisation, une cinquantaine d'Erythréens dans un centre de vacances SNCF désaffecté à Saint-Dalmas-de-Tende.

"Je n'ai pas envie de devoir expliquer à mes enfants que je n'ai rien fait." A notre journaliste qui l'a rencontré sur place, Cédric Herrou a justifié ses actions. "Les gens me demandent pourquoi je les aide à quitter les Alpes-Maritimes. Mais parce qu'ici, ces personnes sont en danger et que leurs droits ne sont pas respectés."

Une immunité prévue par la loi. Depuis 2012, l'immunité s'applique uniquement pour les passeurs qui ne sont pas rétribués et qui agissent si la vie des personnes recueillies est jugée en péril.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #MIGRANTS

20h52 : Cédric Herrou a été accueilli par un important comité de soutien à sa sortie du tribunal, à Nice. Notre journaliste Simon Gourmellet est sur place.

20h10 : Depuis quand faire preuve d'humanité est un crime?

20h09 : Je dis bravo à ce monsieur qui a aidé les migrants, puisque le bâtiment de colonies de vacances était vide en hiver et que l'état n'a rien fait pour accueillir ces gens en situations de non assistance à personne en danger. Moi je le décorerais pour cette aide.

20h09 : Dans les commentaires, vous êtes plusieurs à ne pas comprendre les réquisitions du procureur contre Cédric Herrou. Cet agriculteur des Alpes-Maritimes, jugé pour être venu en aide à des migrants, a expliqué sa démarche à notre journaliste Simon Gourmellet.

19h49 : Notre journaliste Simon Gourmellet se trouve toujours au procès de Cédric Herrou, l'agriculteur jugé pour avoir aidé des migrants dans la vallée de la Roya. Le procureur a terminé son réquisitoire.

16h58 : A Nice, l'agriculteur Cédric Herrou continue d'expliquer sa démarche, et notamment la raison pour laquelle il a occupé un centre de vacances désafecté de la SNCF pour y loger des migrants.

16h30 : Notre journaliste Simon Gourmellet a rencontré d'autres habitants de la vallée de la Roya qui aident aussi les migrants venus d'Italie, et évoquent, eux aussi, les précautions qu'ils prennent pour ne pas être dénoncés.

16h33 : Le procès de Cédric Herrou se poursuit à Nice, avec l'exposé de ses actions d'aide aux migrants. Le dossier concernant le transport de huit migrants érythréens, que nous évoquions plus tôt, avait été classé sans suite.

16h04 : "Ce que je fais n'est pas un sacrifice, c'est un honneur. (...) Si on est obligé de se mettre en infraction pour soutenir les gens, allons-y !".

Avant son audience, Cédric Herrou a réitéré son absence de remords, comme il l'avait expliqué à franceinfo.

16h03 : Le procès de Cédric Herrou, agriculteur de la vallée de la Roya jugé pour avoir aidé des migrants en situation irrégulière, a commencé. Notre journaliste Simon Gourmellet est dans la salle à Nice. Vous pouvez le suivre en direct.

15h03 : L'une de ces habitantes explique à notre journaliste qu'elle pense que leur action est approuvée par la plupart des habitants de la vallée. "Et puis de toute façon, il faudrait faire quoi ? Attendre qu'un enfant se fasse renverser sur la route ? On ne peut pas fermer les yeux."



(SIMON GOURMELLET / FRANCEINFO)

15h00 : Certains, tout comme Cédric Herrou, ne se contentent pas d'offrir le gîte aux migrants de passage, mais les aident à poursuivre leur route en les déposant dans des gares. Une action dont ils conçoivent les risques : "On sait qu'il y a des gens qui surveillent les gares dans la vallée, et qui dénoncent".




(SIMON GOURMELLET / FRANCEINFO)

14h59 : Cédric Herrou n'est pas le seul habitant de la vallée de la Roya à être venu en aide aux migrants. Notre journaliste Simon Gourmellet est allé à la rencontre de certains d'entre eux, qui hébergent des Erythréens de passage à Saorge, près de la frontière italienne.



(SIMON GOURMELLET / FRANCEINFO)

14h23 : Rappelons que Cédric Herrou est poursuivi pour avoir installé sans autorisation une cinquantaine d'Erythréens dans un centre de vacances SNCF des Alpes-Maritimes. Il a aussi expliqué à franceinfo qu'il prenait régulièrement en stop des migrants rencontrés sur le bord des routes, pour les aider à quitter le département. Mais il n'est aucunement accusé d'appartenir à un réseau de passeurs.

14h21 : Je soutiens l'action des habitants de la Roya. Nous avons un devoir d'assistance auprès de toute personne humaine en situation de danger. Quant à la politique sur les migrants, je souhaite à ceux qui défendent l'étanchéité des frontières de ne pas avoir à fuir la guerre ou la misère, comme beaucoup de nos ancêtres ont dû le faire par le passé...

14h21 : Ce qui est une honte c'est de violer la loi, d'entretenir les réseaux de passeurs... et d'accueillir chez lui des enfants seuls sans prévenir les services de l'Etat pour protéger ces jeunes.

14h21 : Je ne suis pas d'accord avec vos messages de soutien. Cet individu a violé la loi. Il est allé chercher des centaines de clandestins à la frontière. Il est normal qu'il réponde devant la justice.

14h20 : Bravo à Cédric Herrou pour son courage et sa détermination.

14h19 : Notre envoyé Simon Gourmellet a rencontré un des témoins appelés à la barre pour défendre Cédric Herrou. Il devrait finalement comparaître vers 15 heures. Dans les commentaires, son aide aux migrants fait débat.