DIRECT. Plus de 17 000 migrants sont entrés en Croatie depuis mercredi

Les autorités se disent débordées et ont décidé de fermer "jusqu'à nouvel ordre" sept des huit passages frontaliers avec la Serbie.

Des migrants sur la route menant à la frontière entre la Serbie et la Croatie à Bezdan (Serbie). 
Des migrants sur la route menant à la frontière entre la Serbie et la Croatie à Bezdan (Serbie).  (ARMEND NIMANI / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Malgré la fermeture d'une grande partie de sa frontière avec la Serbie, des milliers de migrants continuent d'arriver en Croatie, vendredi 18 septembre. 17 000 personnes sont entrées dans le pays depuis mercredi selon Zagreb, qui a commencé à envoyer des migrants vers la Hongrie.  Suivez la situation en direct.

 Plus de 17 000 migrants sont entrés sur le sol croate depuis mercredi, estiment les autorités.

La Croatie a fermé sept des huit passages à sa frontière avec la Serbie, "jusqu'à nouvel ordre". Mais le Premier ministre croate reconnaît que le pays est dépassé : "Nous ne pouvons plus enregistrer et héberger ces gens (...) Ils recevront de la nourriture, de l'eau et une assistance médicale et pourront ensuite continuer".

 Imbrogilio entre Zagreb et la Hongrie. Des dizaines de bus croates chargés de migrants sont entrés en Hongrie. La ministre croate des Affaires étrangères assure que la Hongrie a accepté d'accueillir des groupes de migrants "vulnérables", mais un peu plus tôt, son homologue hongrois accusait Zagreb d'encourager les migrants à entrer illégalement sur son territoire.

Prochaine étape : la Slovénie. Les migrants se dirigent ensuite vers la Slovénie, où quelque 150 d'entre eux ont pu finalement entrer en train dans la nuit de jeudi à vendredi, après avoir été menacés d'une expulsion vers Zagreb.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #MIGRANTS

22h54 : La Croatie, qui se dit débordée par l'arrivée de migrants, en achemine une partie par des dizaines de bus vers la Hongrie. En fin de journée, une vingtaine de véhicules, avec chacun soixante migrants, ont pu franchir la frontière hongroise à Beremend. Une trentaine d'autres bus patientent.

21h00 : Après avoir exhorté les catholiques à participer à l'accueil des réfugiés, le pape François montre l'exemple. Le Vatican a annoncé qu'une famille de Syriens – des chrétiens de Damas – s'était installée dans le petit Etat. A terme, le Vatican doit accueillir une seconde famille.

18h19 : La une du dernier numéro de l'hebdomadaire Der Spiegel revient sur la question des migrants, signale un journaliste de France 2. "Mère Angela, comment la politique de Merkel divise l'Europe."

17h12 : Elise Lambert est à Budapest (Hongrie). Partisan d'une ligne dure dans ce dossier, le pays a fermé ses frontières. Elle rencontre actuellement des bénévoles qui viennent en aide aux réfugiés.

16h20 : Voici des images de Edirne, en Turquie, où des milliers de migrants marchent actuellement dans le but de rejoindre la Grèce.






(Osman Orsal / reuters)

16h20 : Deux bus de migrants ont réussi à franchir la frontière hongroise depuis la Croatie.

15h56 : En Croatie, une vingtaine de bus de migrants sont arrivés à la frontière hongroise, selon l'AFP.

14h54 : La Croatie, qui avait fermé ses frontières avec la Serbie, a entamé l'acheminement des migrants vers la frontière avec la Hongrie.

14h34 : Reportage de France 2 en Croatie qui a fermé dans la nuit sept de ses huit passages frontaliers avec la Serbie. Les capacités d'accueil du pays sont saturées, avec la présence de 13 000 migrants sur son territoire.

(FRANCE 2)

13h53 : Le parquet des Pays-Bas annonce l'arrestation de deux passeurs syriens soupçonnés d'avoir organisé à grande échelle l'arrivée clandestine de centaines de compatriotes en Europe. L'arrestation des deux hommes, deux cousins âgés de 26 et 35 ans, est l'aboutissement d'un an d'enquête.

Le réseau démarchait des réfugiés en Turquie et leur proposait d'organiser la traversée vers les côtes grecques ou italiennes pour 7 000 euros, selon le parquet.

13h49 : "Chaque migrant doit être traité avec respect et humanité. On ne peut accepter ni les propos, ni les attitudes, ni les barbelés [du gouvernement hongrois]"

Le Premier ministre français, Manuel Valls, s'adresse à la Hongrie au sujet du traitement des migrants à ses frontières.

12h45 : Le Vatican a pris en charge une famille ayant fui la guerre en Syrie, conformément au souhait du pape de voir chaque paroisse chrétienne abriter des réfugiés, comme le rapporte un journaliste qui couvre l'actualité du Vatican.

12h45 : Fils barbelés, voitures de police et militaires armés... Laszlo Toroczkai, le maire de la ville hongroise d'Asotthalom, a réalisé une vidéo digne d'un film d'action pour décourager les migrants d'entrer illégalement dans le pays. Il y propose même un itinéraire alternatif pour rejoindre l'Allemagne, en passant par la Croatie.

(20 MINUTES)

12h21 : L'Union européenne a reçu 213 200 demandes d'asile d'avril à juin, soit une hausse de 85% par rapport à la même période 2014. Pour mieux comprendre cette spectaculaire augmentation, découvrez nos trois graphes consacrés à cette question dans notre article.



(NICOLAS MAETERLINCK / BELGA MAG / AFP)

12h15 : "Chaque migrant doit être traité avec humanité", déclare Manuel Valls à l'attention de la Hongrie.

11h52 : Face à une Hongrie barricadée, les migrants se réfugient à la gare de Tovarnik, ville croate à la frontière serbe, où ils attendent un train ou un bus pour continuer leur trajet vers l'ouest. "C'est vraiment le chaos, une vraie catastrophe", explique un policier à notre envoyée spéciale Elise Lambert. Voici son reportage.




(ELISE LAMBERT / FRANCETV INFO)

11h31 : Plus d'un tiers de ces nouveaux demandeurs d'asile ont déposé leur demande en Allemagne, précise Eurostat (en PDF). Mais c'est la Hongrie qui est la plus sollicitée, proportionnellement à sa population, avec 3 317 demandeurs par million d'habitants. Un tiers de ces primo-demandeurs viennent de Syrie ou d'Afghanistan, selon les statistiques officielles.

11h30 : L'UE a reçu 213 200 demandes d'asile d'avril à juin, soit une augmentation de 85% par rapport à la même période en 2014.

11h18 : La Slovénie suspend jusqu'à ce soir au moins son trafic ferroviaire avec la Croatie, où affluent désormais les migrants. Le pays souligne n'avoir pas l'intention de faciliter leur entrée sur son territoire.

11h13 : Scène de cohue à Ilaca. Des centaines de migrants se sont précipités à bord d'un train en direction de la Serbie, hier, dans cette gare proche de Tovarnik (Croatie). Alors que certains se pressaient aux portes des voitures, d'autres ont escaladé le train pour passer par les fenêtres.

(APTN)

10h34 : Il n'y a presque plus de migrants à Horgos (Serbie), à la frontière avec la Hongrie, signale un journaliste allemand sur Twitter. Bloqués depuis plusieurs jours, la plupart ont pris la direction de la Croatie, clairement indiquée sur des panneaux.

10h19 : Le migrant électrocuté sur le site du tunnel sous la Manche était "vraisemblablement de nationalité syrienne" et a été "retrouvé mort à l'aplomb d'une navette fret", indique la préfecture du Pas-de-Calais. Il s'agit du dixième migrant tué depuis le 26 juin à Calais et dans ses environs en tentant de rallier l'Angleterre, selon une source officielle.

10h16 : "Il n'est pas possible que l'Allemagne, l'Autriche, la Suède et l'Italie portent seules la charge [d'accueillir les migrants]."



Le ministre des Affaires étrangères allemand, Frank-Walter Steinmeier, agite la menace d'un "vote à la majorité" pour imposer aux pays de l'UE récalcitrants – comme la Hongrie, la Pologne ou la Slovaquie – une répartition des réfugiés. Prévu dans ce domaine par les traités européens, le vote à la majorité qualifiée exige que 55% des Etats de l'UE représentant au moins 65% de sa population votent cette mesure. Elle s'imposerait alors à l'ensemble des 28 pays de l'UE.

09h54 : La Croatie annonce que ses capacités d'accueil sont saturées, avec la présence de 13 000 migrants sur son sol.

09h16 : Les migrants affluent à Tovarnik (Croatie), nouvelle étape dans leur trajet vers l'Europe occidentale. Les policiers pensent qu'ils partiront en bus dans la journée, selon un journaliste du Monde présent sur place.

09h06 : Un migrant est mort électrocuté sur le site du tunnel sous la Manche, annonce la préfecture.

08h50 : Après avoir fermé sa frontière avec la Serbie, la Hongrie a commencé à poser une clôture de barbelés à sa frontière avec la Croatie, annonce le Premier ministre, Viktor Orbán.

08h11 : Les migrants continuent d'affluer en Croatie, malgré la fermeture de sept des huit passages frontaliers avec la Serbie. La police évoque le chiffre de 1 200 nouveaux arrivants, rapporte sur Twitter un journaliste de la chaîne allemande ZDF, présent dans la ville de Tovarnik.

07h00 : Initialement, les autorités slovènes avaient refusé de les laisser entrer sur leur territoire. Un train avec à son bord 150 migrants est finalement parti dans la nuit pour une ville de l'ouest de la Slovénie, annonce la police. Ce sont les premiers à entrer dans le pays depuis que le flux de migrants transitant par la Serbie est bloqué par la fermeture de la frontière hongroise.

06h31 : "Est-ce que l'Europe va être capable de surmonter cette épreuve dans la solidarité (...) ou va-t-elle basculer dans l'égoïsme?"




En visite en Italie, François Hollande a réclamé hier des décisions fortes lors du prochain sommet européen, pour endiguer la crise migratoire en Europe. Le président français souhaite notamment un accord sur une aide à la Turquie et sur la création des "hotspots", des centres d'accueil devant permettre l'enregistrement des demandeurs d'asile et le raccompagnement vers leur pays de départ, "dans le respect", de ceux qui n'y ont pas droit.

06h05 : Plus de 11 000 migrants sont entrés sur le sol croate par la Serbie depuis mercredi matin, selon le ministère de l'Intérieur croate. Débordées par cet afflux, les autorités ont fermé "jusqu'à nouvel ordre" sept des huit passages frontaliers avec la Serbie.