REPLAY. "En aucun cas, on ne laissera se reconstituer une jungle" à Calais : regardez le discours d'Emmanuel Macron sur l'accueil des migrants

Le président de la République a prévu de rencontrer des élus, des associations et des forces de l'ordre.

Ce qu'il faut savoir

Emmanuel Macron affiche sa fermeté sur le dossier des migrants"En aucun cas, on ne laissera se reconstituer une jungle" à Calais, a assuré le chef de l'Etat, mardi 16 janvier, à l'occasion d'un discours depuis la caserne de gendarmerie de la ville. 

 La France ne laissera pas "se construire des filières illégales" dans la région. "Tout est fait pour que le passage illégal ne soit pas possible à Calais", qui "n'est pas une porte d'entrée dérobée vers l'Angleterre", a martelé Emmanuel Macron.

 Le président appelle les forces de l'ordre à être "exemplaires". "Aucun manquement à la déontologie ne sera toléré" et "si manquement il y a, des sanctions seront prises", a affirmé Emmanuel Macron. Dans le même temps, le chef de l'Etat a appelé "toutes les associations" à la "responsabilité", en déplorant les "mensonges" diffusés "par de trop nombreux" acteurs et "qui nuisent à notre efficacité collective".

L'Etat va "prendre en charge" la distribution de repas aux migrants de Calais. Emmanuel Macron a promis de le faire "de manière organisée, avec des points mobiles, sans tolérer aucune installation de campements illicites". Ce service est fourni aujourd'hui par les associations.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #MIGRANTS

15h30 : "Ce qui nous préoccupe aujourd'hui, c'est la dureté avec laquelle est envisagée la politique migratoire dans les textes en préparation, comme dans les pratiques".


Boris Vallaud redoute qu'avec la politique migratoire menée par l'exécutif, "l'humanité soit éclipsée".

13h57 : Emmanuel Macron vient de terminer son discours à Calais. Il a également annoncé "une prime exceptionnelle de résultat" en 2018 pour les forces de l'ordre "affectées de manière permanente" dans le Calaisis.

13h49 : "Nous devons faire plus pour permettre une intégration plus rapide. Le volume de cours de français doit être porté à son maximum."

13h44 : "Nous devons ramener le délai de procédures de demande d'asile, de 18 mois en moyenne aujourd'hui, à 6 mois, comme le font nos voisins européens."

13h43 : "Nous devons nous donner tous les moyens pour une convergence de nos législations européennes".

13h38 : Emmanuel Macron "appelle toutes les associations à la responsabilité" dans leur action vis-à-vis des migrants.

13h36 : "Nous allons prendre en charge la distribution de la nourriture et des repas, mais de manière organisée avec des points mobiles."

13h26 : Jean-François Corty, un responsable de l'association Médecins du monde dénonce, sur franceinfo, "la remise en question du droit d'asile à Calais et un tri des migrants".

13h24 : "Rester à Calais, se fabriquer des abris de fortune, constitue une impasse. L'alternative est claire, elle passe par des centres d'hébergement où chaque cas sera étudié."

13h20 : "Si manquement il y a, les sanctions seront prises."

13h18 : "La République se doit de reconnaître la dignité de chacun. L'exemplarité se traduit dans le respect absolu de la déontologie policière."

13h13 : Dans le même temps, deux associations d'aide aux migrants de Calais ont porté plainte contre X pour "destruction" et "dégradation" de "sacs de couchage, duvets, bâches et tentes" qu'elles avaient "prêtés" aux migrants.

13h11 : Emmanuel Macron dénonce des "manipulations" et des "mensonges" dans les critiques sur les forces de l'ordre à Calais.

13h09 : "En aucun cas, nous ne laisserons se reconstituer une 'jungle' à Calais."

13h10 : "Tout est fait pour que le passage illégal au Royaume-Uni ne soit pas possible. Calais ne doit pas être une porte d'entrée dérobée vers l'Angleterre."

13h06 : "Nous devons assurer l'ordre républicain."



13h04 : "L'enjeu fondamental est d'assurer la sécurité du port de Calais et du tunnel sous la Manche."

13h03 : Emmanuel Macron est à Calais. Regardez son discours en direct.

12h23 : Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, a annoncé, ce matin dans les "4 vérités", sur France 2, qu'il allait demander au Royaume-Uni "d'aider Calais à se développer".

10h09 : Avant de se rendre à Calais, Emmanuel Macron entame son déplacement dans le Pas-de-Calais à Croisilles. Il y visite un centre d'accueil et d'examen de situation, une nouvelle structure pour héberger les migrants dans l'attente d'une décision administrative sur leur sort.