De fortes tensions lors de l'évacuation d'un camp de migrants

Des CRS ont évacué de manière musclée de nombreux migrants, qui s'étaient installés dans le 18e arrondissement de Paris. Beaucoup provenaient de l'ancien campement du boulevard de la Chapelle.

France 3

Ce lundi 8 juin, les gendarmes ont usé de gaz lacrymogènes pour disperser la foule. La scène s'est déroulée dans le 18e arrondissement de Paris. Les forces de l'ordre ont procédé à l'évacuation de nombreux migrants. La scène aura duré deux heures. Depuis samedi, une centaine d'entre eux, Soudanais ou Érythréen pour la plupart, s'étaient installés sur une esplanade.

Pour empêcher qu'ils ne soient délogés, des militants, aidés d'élus de gauche ont tenté de s'interposer. "Voilà la réponse du gouvernement à la situation de crise qui était là... On envoie des cars de CRS, on tape sur les élus qui faisaient un cordon pour empêcher que les migrants se fassent expulser", explique Hugo Touzet, élu du 18e arrondissement, au micro de France 3.

Pas de solution d'hébergement ?

Le 2 juin 2015, un campement de 350 migrants avait déjà été évacué boulevard de la Chapelle. Faute d'hébergement, la plupart se seraient à nouveau retrouvés à la rue. Selon les militants associatifs, aucune solution d'hébergement ne leur a été proposée. Mais la préfecture, elle, explique le contraire. Elle s'interroge sur l'instrumentalisation de ces hommes. 84 d'entre eux ont été conduits dans un commissariat du nord de Paris. Aucun n'aurait souhaité engager une procédure de régularisation pour l'heure.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des migrants dans le 18e arrondissement de Paris, le 4 juin 2015.
Des migrants dans le 18e arrondissement de Paris, le 4 juin 2015. (BENOIT TESSIER / REUTERS)