Crise migratoire : Gérald Darmanin appelle le Royaume-Uni à ouvrir "un accès légal à l'immigration"

"C'est parce qu'il n'y a pas de voie légale pour les immigrés d'aller en Grande-Bretagne, et parce [qu'ils travaillent] sans carte d'identité en Angleterre qu'il y a cet appel d'air", a assuré Gérald Darmanin.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, donne une conférence de presse après une réunion sur la crise migratoire, le 28 novembre 2021, à Calais (Pas-de-Calais). (EYEPRESS NEWS / AFP)

Gérald Darmanin a appelé, lundi 29 novembre, le Royaume-Uni à ouvrir un "accès légal à l'immigration" et à prendre "ses responsabilités" sur cette question. "Aujourd'hui les personnes qui veulent demander l'asile en Angleterre, n'ont pas d'autres moyens que de traverser la Manche", a affirmé le ministre de l'Intérieur sur BFMTV. La veille, il avait participé à une réunion intergouvernementale sur la crise migratoire, dont les Britanniques avaient été exclus.

Les participants à cette réunion à Calais ont convenu "d'améliorer la coopération conjointe avec le Royaume-Uni", face à la hausse des tentatives de traversée de la Manche. "C'est parce qu'il n'y a pas de voie légale pour les immigrés d'aller en Grande-Bretagne, et parce [qu'ils travaillent] sans carte d'identité en Angleterre qu'il y a cet appel d'air", a assuré Gérald Darmanin.

"Que faire avec les Anglais ? Et bien qu'ils changent leur législation, qu'ils prennent leurs responsabilités", a-t-il lancé, assurant que 30 000 demandes d'asile sont enregistrées au Royaume-Uni chaque année, contre environ 150 000 en France. "Je suis tout à fait prêt à discuter" avec les Britanniques "à condition que nous ayons un rapport normal et d'égalité d'humeur", a poursuivi Gérald Darmanin, assurant par ailleurs que son homologue Priti Patel et lui s'appelaient "quasiment tous les jours".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Migrants

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.