Crise des migrants : la tension monte d'un cran entre la Biélorussie et la Pologne

Publié
Crise des migrants : la tension monte d'un cran entre la Biélorussie et la Pologne
france 2
Article rédigé par
B. Mousset, C. de Chassey - France 2
France Télévisions

Des milliers de migrants sont toujours bloqués à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne. La tension monte entre les deux pays. 

Devant la clôture et les barbelés qui séparent la Biélorussie de la Pologne, des camps de migrants, occupés principalement par des Kurdes du Moyen-Orient, se sont installés, comme à Grodno. "On ne veut pas aller en Pologne, on veut aller en Allemagne (...). Tout le monde ici, les enfants, les femmes, tout le monde veut aller là-bas", confie un migrant devant les caméras.

Poutine mis en cause par le Premier ministre polonais

Depuis plusieurs jours, l'armée polonaise, déployée en nombre, a interdit l'accès sur son territoire. Pour Varsovie, c'est la Biélorussie et son président, Alexandre Loukachenko, qui sont responsables du sort de ces migrants. Devant les députés, le Premier ministre est même allé encore plus loin. "Loukachenko a déclenché les hostilités, a affirmé Mateusz Morawiecki. Mais celui qui a commandité ces actes, se trouve à Moscou. C'est le président Poutine." Le président Loukachenko a assuré qu'il ne cherchait pas l'affrontement, dans une rhétorique, là aussi, peu diplomatique. "Je ne suis pas fou, je comprends parfaitement où tout cela peut nous mener, a déclaré le chef d'État. Nous savons où est notre place, mais nous ne nous mettrons pas non plus à genoux." De son côté, l'Union européenne accuse Alexandre Loukachenko d'instrumentaliser la crise des migrants pour mieux se venger des sanctions adoptées après la répression menée dans son pays.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.