Emmanuel Macron et Vladimir Poutine d'accord pour une "désescalade" dans la crise migratoire à la frontière entre Pologne et Biélorussie

Les dirigeants français et russe se sont entretenus au téléphone pendant une heure quarante-cinq pour évoquer la situation.

Des militaires polonais au poste frontière de Kuznica Bialostocka-Bruzgi, à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie, le 15 novembre 2021.
Des militaires polonais au poste frontière de Kuznica Bialostocka-Bruzgi, à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie, le 15 novembre 2021. (OKSANA MANCHUK / AP / SIPA)
Ce qu'il faut savoir

Emmanuel Macron et Vladimir Poutine "se sont mis d'accord sur une "désescalade" de la crise migratoire à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne, a annoncé l'Elysée, lundi 15 novembre, à l'issue d'un appel d'une heure quarante-cinq entre les présidents français et russe. "Notre espoir est que ce long entretien pourra dans les jours qui viennent apporter des résultats" sur l'afflux de migrants venus de la Biélorussie à la frontière polonaise, a commenté l'Elysée, indiquant que Vladimir Poutine avait dit qu'il allait "en parler" à son homologue biélorusse Alexandre Loukachenko.

La Pologne débutera la construction d'un mur en décembre. Le pays va lancer son chantier le mois prochain sur 180 des quelque 420 km de frontière avec la Biélorussie. Cet édifice doit être terminé au premier semestre 2022, a annoncé le ministère de l'Intérieur polonais.

 Une foule de migrants se masse à un poste-frontière. De nombreux migrants sont rassemblés à un poste frontalier fermé entre la Pologne et la Biélorussie, d'après des images publiées par l'armée et les gardes-frontières polonais. Selon le vice-ministre de l'Intérieur polonais, des "milliers de migrants" se trouvent à ce point de passage. "Les forces polonaises sont préparées à tout scénario", a-t-il souligné. 

Minsk promet des efforts pour rapatrier les migrants. La Biélorussie travaille "activement" à faire rentrer chez eux les migrants campant à la frontière avec l'Union européenne, a affirmé le président biélorusse, Alexandre Loukachenko, tout en soutenant que ces derniers ne souhaitaient pas partir.

L'Otan hausse le ton face à la Russie. Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, a mis en garde la Russie contre toute nouvelle "action agressive" à la frontière avec l'Ukraine, où des mouvements de troupes russes "importants et inhabituels" ont été observés ces dernières semaines.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #BIELORUSSIE

21h15 : Ned Price a également évoqué la situation à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne. Les Etats-Unis ont ainsi dit "préparer" de nouvelles sanctions contre la Biélorussie, "en coordination avec l'Union européenne", pour dénoncer l'exploitation "inhumaine" des flux migratoires. "Nous allons continuer à réclamer des comptes" au pouvoir du président Alexandre Loukachenko "pour ses attaques persistantes contre la démocratie, les droits humains et les normes internationales", a prévenu le porte-parole.

20h01 : Voici un nouveau point sur l'actualité de ce lundi soir :

Emmanuel Macron et Vladimir Poutine se sont mis d'accord sur une "désescalade" de la crise migratoire à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne, a annoncé l'Elysée. Suivez notre direct.

Le taux d'incidence vient de repasser au-dessus du seuil des 100 cas pour 100 000 habitants à l'échelle de la France, d'après les derniers chiffres fournis par les autorités sanitaires. C'est une première depuis la mi-septembre.

Elles sont 285 femmes signataires engagées en politique. Une tribune a été publiée ce matin dans Le Monde intitulée "Pour un #MeToo politique : les agresseurs sexuels n'ont pas leur place aux élections de 2022". Elles appellent "le monde politique à une réponse d'ampleur aux violences sexuelles et sexistes commises par nos représentants".

Le 83e prix Albert-Londres a été remis à Caroline Hayek, journaliste du quotidien libanais francophone L'Orient-Le Jour pour une série de reportages sur le Liban, a annoncé l'association.

19h32 : "Notre espoir est que ce long entretien pourra dans les jours qui viennent apporter des résultats" sur l'afflux de migrants venus de Biélorussie à la frontière polonaise, a commenté l'Elysée, précisant que Vladimir Poutine avait dit qu'il allait "en parler" à son homologue biélorusse Alexandre Loukachenko.

19h32 : Emmanuel Macron et Vladimir Poutine se sont mis d'accord sur une "désescalade" de la crise migratoire à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne, a annoncé l'Elysée à l'issue d'un appel de 1h45 entre les présidents français et russe.

18h06 : C'est l'heure du point sur l'actualité :

La Pologne commencera en décembre à construire un mur à la frontière avec la Biélorussie, annonce le ministère de l'Intérieur. Le coût du mur est évalué à 353 millions d’euros et doit s’étendre sur plus de 100 kilomètres à la frontière orientale de l’Union européenne. Suivez notre direct.

Au procès en appel de l'ancien Premier ministre, de sa femme et de son ancien suppléant, la défense a soulevé deux questions prioritaires de constitutionnalité (QPC), déjà plaidées en première instance, relatives à la prescription et au délit de détournement de fonds publics.

• Le Royaume-Uni a relevé à "grave" le niveau de la menace terroriste sur le sol britannique, après l'explosion d'un taxi à Liverpool, qualifiée d'"acte terroriste" par la police.

• Les députés LFI Jean-Luc Mélenchon, Danièle Obono, ainsi que le journaliste Taha Bouhafs ont déposé plainte après une enquête de Streetpress révélant des menaces de mort sur un groupe Telegram d'extrême droite.

17h56 : L'Union européenne va adopter "dans les prochains jours" de nouvelles sanctions contre des personnes et organisations contribuant à l'arrivée de milliers de migrants à la frontière polonaise, annonce le chef de la diplomatie de l'UE, Josep Borrell.

17h42 : "L'entreprise que nous devons mener à bien est un investissement absolument stratégique et prioritaire pour la sécurité de la nation et de ses citoyens", a déclaré le ministre de l'Intérieur polonais Mariusz Kaminski.

17h42 : La Pologne commencera en décembre à construire un mur à la frontière avec la Biélorussie, annonce le ministère de l'Intérieur.

17h46 : En septembre, Emmanuel Macron a déclaré que le président biélorusse Alexandre Loukachenko "[devait] partir". En raison de la répression exercée par Minsk envers l'opposition, Bruxelles a émis au printemps des sanctions économiques qui frappent les secteurs clés de la potasse, du pétrole et du tabac. L'UE a aussi interdit aux compagnies biélorusses d'accéder à son espace aérien et à ses aéroports.

17h37 : Bonjour @Vincent La France a appelé la Russie à intervenir auprès de la Biélorussie pour mettre fin au flux de migrants. Via l'Union européenne, Paris se prépare également à durcir les sanctions contre Minsk afin de cibler les personnes et organisations contribuant à la venue de milliers de migrants à la frontière polonaise.

17h36 : Bonjour FI, au sujet des tensions entre l’UE et la Biélorussie, quelle est la position de la France dans tout cela ? Une déclaration a t-elle été faite ? Merci.

17h08 : Le gouvernement irakien annonce l'organisation d'un premier vol de rapatriement de migrants irakiens jeudi, "sur la base du volontariat". Les autorités n'ont pas précisé combien de personnes allaient embarquer sur ce vol Minsk-Bagdad, mais ont "recensé 571 Irakiens" prêts à regagner "volontairement" l'Irak.

14h16 : Il est l'heure de faire un point sur l'actualité :

• Minsk affirme travailler pour faire rentrer "chez eux" les migrants campant à la frontière avec la Pologne. Les chefs de la diplomatie des pays de l'Union européenne sont réunis à Bruxelles pour adopter des mesures punitives. Suivez notre direct.

Le procès en appel de l'ancien Premier ministre, de sa femme et de son ex-suppléant s'est ouvert en début d'après-midi à Paris dans l'affaire des soupçons d'emplois fictifs de Penelope Fillon. Voici ce qu'il faut savoir de cette audience.

Le nombre de morts sur les routes bondit de 14% en octobre en France métropolitaine, par rapport au même mois de l'année 2019, annonce la Sécurité routière.

Dans une tribune publiée dans Le Monde, près de 300 femmes politiques de gauche appellent les partis à "écarter les auteurs de violences sexuelles et sexistes" de la vie politique.

12h55 : Les vidéos n'ont pas pu être vérifiées de manière indépendante car la Pologne a interdit aux journalistes l'accès à la zone frontalière immédiate, en vertu des règles de l'état d'urgence instauré sur place.

12h54 : Selon le vice-ministre de l'Intérieur Maciej Wasik, des "milliers de migrants" se trouvent au poste frontalier de Kuznica. "Les forces polonaises sont préparées à tout scénario", a-t-il souligné.

12h29 : Angela Merkel a également demandé à Vladimir Poutine d'intervenir auprès de son allié pour mettre un terme à "l'instrumentalisation des migrants" par la Biélorussie. Mais les Russes ont rejeté toute responsabilité en proposant "que des discussions soient arrangées directement entre les membres de l'UE et Minsk", cite le HuffPost.

12h29 : Bonjour . La Russie est l'alliée de la Biélorussie. Des avions de chasse russes ont notamment survolé le territoire biélorusse et Moscou a justifié cela comme des "vols de reconnaissance", expliquent Les Echos. Selon le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes Clément Beaune, la Russie n'est pas "une part du problème" mais a une capacité d'influence sur Minsk.

12h27 : Quel est le rôle de la Russie dans la crise migratoire à la frontière de la Pologne ?

12h21 : Une foule de migrants est rassemblée à un poste-frontière fermé entre la Pologne et la Biélorussie, selon les images vidéos publiées par les garde-frontières et l'armée polonaise.

12h03 : Hop, un point sur l'actu à la mi-journée :

Le nombre de morts sur les routes bondit de 14% en octobre en France métropolitaine, par rapport au même mois de l'année 2019, annonce la Sécurité routière.


La Biélorussie travaille "activement" à faire rentrer chez eux les migrants campant à la frontière entre son pays et l'UE, affirme Alexandre Loukachenko. Suivez notre direct.

• Météo France a placé le Var et les Alpes-Maritimes en alerte orange en raison des risques de vent violent. Les rafales attendues en milieu de journée atteindront 100 à 120km/h.


• Une nouvelle campagne de recherches du corps d'Estelle Mouzin, victime présumée du tueur en série Michel Fourniret en 2003, a débuté à Issancourt-et-Rumel, dans les Ardennes. Il s'agit des huitièmes recherches du corps de la fillette depuis juin 2020.

10h19 : Pour rappel, l'UE accuse Minsk d'avoir organisé ces mouvements migratoires à sa frontière avec l'UE, en délivrant des visas et en affrétant des vols, pour se venger des sanctions occidentales imposées au régime d'Alexandre Loukachenko l'an dernier après la brutale répression d'opposants.

10h18 : La Biélorussie travaille "activement" à faire rentrer chez eux les migrants campant à la frontière entre son pays et l'Union européenne, a affirmé lundi le président bélarusse Alexandre Loukachenko. "Nous sommes prêts (...) à les mettre tous dans des avions (...) mais personne ne veut rentrer", a-t-il ajouté.

10h14 : L'Europe doit-elle faire preuve d'humanité ou de fermeté sur le dossier des migrants coincés à la frontière biélorusse ? "Les deux", a répondu Christophe Castaner sur le plateau de "4 Vérités". Le président du groupe LREM à l’Assemblée nationale a déploré une "attaque ciblée, décidée par le chef d'Etat biélorusse contre l'Europe, avec la volonté de la faire céder".

09h33 : La Biélorussie ne veut pas d'un conflit à sa frontière avec la Pologne du fait de la crise migratoire, qui serait "dommageable", assure le président biélorusse Alexandre Loukachenko. Les ministres des Affaires étrangères de l'UE se réunissent aujourd'hui et doivent prendre des sanctions contre Minsk.

09h34 : "L'urgence, c'est d'accueillir ces réfugiés qui sont en train de mourir dans des forêts dans des conditions abominables."

Le député européen EELV s'est dit "effaré" du niveau du débat concernant les milliers de migrants piégés à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie : "Notre sécurité n'est pas mise en cause [par] 4 000 personnes qui ne menacent personne."

09h14 : Il est temps de faire un nouveau point sur l'actualité :

Le port du masque est de nouveau obligatoire à l'école élémentaire dans toute la France, afin d'enrayer l'augmentation des contaminations au Covid-19. Il avait été levé avant les vacances de la Toussaint dans 79 départements.

• Météo France a placé le Var et les Alpes-Maritimes en alerte orange en raison des risques de vent violent. Les rafales attendues en milieu de journée atteindront 100 à 120km/h.

Le gouvernement irakien va organiser un premier vol de rapatriement des migrants originaires de son sol et coincés à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne "sur la base du volontariat".

Marine Le Pen était l'invitée des "Matins présidentiels" de franceinfo entre 7 heures et 9 heures. Retrouvez son interview dans ce direct.

08h46 : Il n'a pas précisé combien de personnes allaient embarquer sur ce vol Minsk-Bagdad. En revanche, l'Irak "a recensé 571 Irakiens" bloqués à la frontière polono-bélarusse qui se sont dit prêts à regagner "volontairement" l'Irak, a expliqué ce porte-parole.

08h45 : Le gouvernement irakien va organiser un premier vol de rapatriement des migrants originaires de son sol et coincés à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne "sur la base du volontariat", a annoncé le porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

07h36 : La candidate soutenue par le RN souhaite-elle laisser les migrants "mourir de froid", comme le préconise le porte-parole du parti, Julien Odoul ? Non, assure-t-elle, estimant qu'il faut laisser le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés leur apporter des "soins" et de la "nourriture".

07h31 : Il ne faut pas céder au "chantage" de la Biélorussie, estime Marine Le Pen. Les Occidentaux accusent le régime d'Alexandre Loukachenko d'avoir délibérément orchestré la crise en encourageant les migrants à venir dans le pays, puis en les acheminant à la frontière.

07h31 : "En aucun cas, il ne faut ouvrir les frontières."

Marine Le Pen estime sur franceinfo que "l'Europe est assiégée", alors que des milliers de personnes venues du Moyen-Orient sont massées à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne, espérant pouvoir gagner l'Union européenne.

07h21 : Hier soir, les cinq candidats à l'investiture des Républicains pour la présidentielle ont rivalisé de fermeté sur l'immigration, lors d'un débat sur BFMTV. Xavier Bertrand a prôné une "baisse de 30% de l'immigration de travail" et a promis de "diviser par trois l'immigration familiale". Michel Barnier a expliqué son "moratoire" destiné à "mettre un coup d'arrêt" à l'immigration, tandis que Valérie Pécresse a plaidé pour "cesser le droit du sol automatique" pour les enfants nés en France.

07h23 : L'Union européenne est prête à appliquer de nouvelles sanctions contre la Biélorussie, alors que des milliers de migrants venus du Moyen-Orient campent à la frontière avec la Pologne. Le ministre biélorusse des Affaires étrangères a prévenu que toute sanction visant son pays serait "sans espoir" et "contre-productive".