Crise migratoire en Biélorussie : un premier vol de rapatriement vers l'Irak

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Article rédigé par
M. de Chalvron, I. Golovkova, F. Cardoen - France 2
France Télévisions

Un premier vol de rapatriement a quitté Minsk (Biélorussie) pour l'Irak, jeudi 18 novembre, avec 430 migrants à son bord, en majorité des Kurdes. Un retour synonyme de fin du rêve européen.

Le conflit perdure à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne. Nombreux sont les migrants qui rêvent de pénétrer dans l'Union européenne par cette voie. Mais pour d'autres, c'est la fin d'un long calvaire. Un premier vol de rapatriement a ramené environ 430 Irakiens, en majorité des Kurdes, chez eux, en Irak. Tous étaient volontaires et le vol était organisé par l'État irakien depuis Minsk, la capitale biélorusse. Dans le hall de l'aéroport, tous sont épuisés après avoir passé des semaines dans la forêt, le long de la frontière polonaise.

"Une arme pour le gouvernement biélorusse"

L'espoir d'Europe s'est envolé. "C'est impossible d'aller en Pologne, ils ne nous laissent pas passer. On rentre, et on va essayer d'une autre manière", explique un homme. Un autre explique avoir dépensé beaucoup d'argent, en vain, pour ce voyage. Un hangar a été mis à disposition de ceux qui sont restés pour les héberger. Mais le lieu est déjà saturé. Certains migrants ne veulent pas rentrer, d'autres ne savent plus quoi faire. "Nous sommes une arme pour le gouvernement biélorusse. Tout le monde ici sait qu'ils nous utilisent contre les pays européens", déplore un migrant.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.