Contrôle des frontières : le geste de Theresa May

Le Royaume-Uni s'est engagé à verser 50 millions d'euros pour le contrôle de la frontière à Calais (Pas-de-Calais). Les Britanniques promettent aussi de prendre en charge plus de migrants mineurs.

Voir la vidéo
France 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Depuis les accords du Touqet, ce sont au bout des quais du port de Calais (Pas-de-Calais) que commence la frontière britannique. Pour la garder, des policiers français sont chargés d'empêcher les migrants de passer. Pour sécuriser cette frontière, le gouvernement britannique fait aujourd'hui un geste, une rallonge budgétaire de 50,5 millions d'euros qui s'ajoute au 113 millions d'euros déjà investis, notamment pour construire les barrières près du port.

La frontière, un coût important pour la France

Selon des syndicats de police, l'essentiel de la facture restera supporté par la France. Les renforts aux forces de l'ordre à Calais ont coûté à la France 60 millions d'euros en trois ans, sans compter les salaires des policiers et des gendarmes. Pour désengorger la région de Calais, le gouvernement britannique s'engage aussi à traiter plus vite les dossiers des mineurs isolés, mais les associations d'aide aux migrants sont sceptiques. Chaque jour, 315 migrants tentent de traverser la Manche clandestinement.

Le JT
Les autres sujets du JT
Emmanuel Macron et la Première ministre britannique Theresa May, le 18 janvier 2018, à l\'Académie militaire royale de Sandhurst (Grande-Bretagne).
Emmanuel Macron et la Première ministre britannique Theresa May, le 18 janvier 2018, à l'Académie militaire royale de Sandhurst (Grande-Bretagne). (LUDOVIC MARIN / AFP)