Calais : l'infographie pour comprendre comment les migrants tentent de passer en Angleterre

Que ce soit aux abords du port de Calais ou à proximité de l'entrée du tunnel sous la Manche, pas moins de 3 000 clandestins tentent actuellement de déjouer les contrôles de la police pour rejoindre l'Angleterre.

Trajet des migrants de Calais (Pas-de-Calais), de leur campement aux différents accès vers l\'Angleterre.
Trajet des migrants de Calais (Pas-de-Calais), de leur campement aux différents accès vers l'Angleterre. (FRANCETV INFO)

Chaque jour, c'est le même rituel. Aux abords du port de Calais comme à l'entrée du tunnel sous la Manche, des centaines de migrants tentent coûte que coûte de déjouer les contrôles, et d'embarquer clandestinement dans un véhicule en partance pour l'Angleterre. A eux seuls, les services de sécurité d'Eurotunnel affirment avoir déjoué plus de 37 000 tentatives d'intrusion depuis le début de l'année.

Depuis la "nouvelle jungle", le vaste campement insalubre où vivent actuellement 3 000 clandestins, les migrants ont deux possibilités pour tenter leur chance. Le port de Calais, à quelques centaines de mètres, ou bien l'entrée du tunnel sous la Manche, à environ deux heures de marche.  

Des migrants profitent d\'un embouteillage aux abords du port de Calais pour tenter de monter à bord de camions en partance pour l\'Angleterre, le 20 mai 2015.
Des migrants profitent d'un embouteillage aux abords du port de Calais pour tenter de monter à bord de camions en partance pour l'Angleterre, le 20 mai 2015. (SARAH ALCALAY / SIPA)

"Les départs ont davantage lieu la nuit, parce qu'il est plus facile pour les migrants de se cacher. Mais certains partent aussi pendant la journée", raconte Christian Salomé, qui préside L'Auberge des migrants, une association qui vient en aide aux clandestins. Au port comme au tunnel, la technique est la même. "Dès qu'ils voient des files de camions à l'arrêt, ils essayent de se faufiler à l'intérieur des remorques. Des migrants tentent de partir toutes les nuits, mais le trafic de poids lourds est plus dense entre le mardi et le vendredi, donc ils ont plus de chance de passer ces jours-là."

Onze migrants tués depuis le début de l'année

Barricades métalliques, barbelés, détecteurs infrarouges… Du côté du port, d'importants travaux ont été effectués ces dernières semaines, pour renforcer la sécurité des camions. Résultat : les migrants privilégient de plus en plus les tentatives à l'entrée du tunnel sous la Manche. 

Une conséquence qui en entraîne d'autres : pour rejoindre le site Eurotunnel, à dix kilomètres du campement, des dizaines et des dizaines de clandestins empruntent chaque jour l'autoroute à pied, mettant leur vie et celle des automobilistes en danger. Dans la nuit de mardi à mercredi, un migrant soudanais a perdu la vie, après avoir été percuté par un camion. Un décès qui porte à onze le nombre de clandestins tués à Calais depuis le début de l'année, en tentant de rejoindre l'Angleterre.