"C'est une manière de dire 'n'allez pas aider les gens qui sont en danger de mort'" : un militant jugé pour avoir aidé des migrants à franchir la frontière

Pierre Mumber, accompagnateur en montagne dans les Hautes-Alpes et maraudeur, est soupçonné d'avoir participé à l'entrée irrégulière d'étrangers et aidé des migrants à se soustraire à un contrôle de police. 

Pierre Mumber devant la cour d\'appel de Grenoble, le 24 octobre 2019.
Pierre Mumber devant la cour d'appel de Grenoble, le 24 octobre 2019. (JEAN-PIERRE CLATOT / AFP)

Il dénonce un procès politique. Pierre Mumber, un habitant des Hautes-Alpes, est soupçonné d'avoir participé à l'entrée irrégulière d'étrangers et d'avoir aidé des migrants à se soustraire à un contrôle de police. La cour d'appel de Grenoble doit rendre son arrêt jeudi 21 novembre.

Les faits remontent à janvier 2018 lors d'une maraude à la frontière entre Montgenèvre et l'Italie dans les Hautes-Alpes. En première instance, Pierre Mumber a été condamné à trois mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Gap en janvier dernier mais le quinquagénaire nie avoir été dans l'illégalité et espère être relaxé. "On fait des maraudes car on sait qu'il y a beaucoup d'accidents en montagne. Il y a des gens qui franchissent la frontière et qui prennent des risques, explique-t-il. L'habitude a été prise d'aller voir s'il n'y avait pas des gens qui étaient en perdition dans ce secteur-là."

Il se trouve que moi j'étais sur la commune de Montgenèvre avec quatre personnes d'origine africaine. Ces quatre personnes-là n'ont pas pu être attrapées par la police soi-disant par ma faute.Pierre Mumberà franceinfo

L'accompagnateur en montagne au casier judiciaire vierge estime qu'il est injustement accusé par les policiers d'aide à l'entrée irrégulière et que c'est un procès politique. "Si la justice me condamne, c'est une manière un peu détournée de dire 'attention, n'allez pas aider les gens, n'allez pas porter assistance à des gens qui sont en danger de mort. Et ça, c'est un message très grave de leur part." Pierre Mumber l'assure, son éventuelle condamnation n'empêchera pas les maraudes, bien au contraire. 

Le comité de soutien qui s'est créé dans les Hautes-Alpes depuis les condamnations d'autres militants promigrants a prévu de se réunir jeudi soir dans le Briançonnais quel que soit le rendu du jugement. 

Le reportage de Justice Leclercq.
--'--
--'--