Afghanistan : le dernier avion d'évacuation français a atterri à Vélizy-Villacoublay

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Afghanistan : le dernier avion d'évacuation français a atterri à Vélizy-Villacoublay
FRANCE 3
Article rédigé par
M. Bougault, R. Moquillon, B. Poulain, V. Lejeune - France 3
France Télévisions

Les évacuations françaises depuis l'aéroport de Kaboul (Afghanistan) sont terminées. Le dernier avion de l'armée français a atterri dimanche 29 août dans les Yvelines. Emmanuel Macron souhaite reprendre ces opérations humanitaires en créant d'une zone protégée sous l'égide des Nations Unies. 

Le dernier avion français en provenance de Kaboul, en Afghanistan, a atterri dimanche 29 août, dans l'après-midi, à la base militaire de Vélizy-Villacoublay (Yvelines). À son bord, des soldats et des diplomates; dont l'ambassadeur de France en Afghanistan. Ce dernier vol marque la fin des opérations d'évacuation françaises. Pourtant, à Kaboul, il reste des milliers d'Afghans candidats à l'exil. Sur la liste française des Afghans à évacuer, il y a encore des centaines de noms. 

Emmanuel Macron propose la création d'une zone protégée

En déplacement en Irak, Emmanuel Macron a évoqué, le 28 août, la création d'une zone protégée qui permettrait la poursuite des opérations humanitaires. Paris et Londres soumettront cette idée à l'ONU le 30 août. "J'ai bon espoir qu'il puisse trouver une issue favorable", a commenté le chef de l'État. L'objectif est de rassembler les Afghans près de l'aéroport et de les évacuer dans des avions civils vers des pays voisins comme le Qatar. Pour certains experts, la mise en place de cette zone pourrait être risquée. "Ça représente des opportunités terroristes supplémentaires (...) et ça remet en scène les talibans comme une force avec qui il faut négocier", estime Pierre Servent. Le porte-parole des talibans aurait rejeté la proposition d'Emmanuel Macron de créer cette zone protégée à Kaboul. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Migrants

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.