Migrants : l'Union européenne lance une mission navale de lutte contre les passeurs

Le but officiel est de combattre les réseaux de passeurs en mer Méditerranée. Cette mission a été entérinée ce lundi par les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne. En attendant un feu vert de l'Onu pour pouvoir saisir et détruire les embarcations des passeurs, la mission navale est, pour l'instant, limitée à la collecte de renseignements.

(Federica Mogherini, la responsable de la diplomatie européenne, le 11 juin 2015. © Maxppp)

Les 28 ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne ont entériné ce lundi à Luxembourg le lancement d'une mission navale de lutte contre les réseaux de passeurs de migrants. Cette mission est limitée dans un premier temps à la collecte de renseignements. L'Onu doit en effet donner son feu vert pour permettre à l'Union européenne de saisir et surtout détruire les navires des passeurs.

Pas de destructions des bateaux des passeurs sans accord de la Libye

C'était le but initial de cette mission. Mais, pour la remplir, les pays membres doivent pouvoir opérer dans les eaux territoriales libyennes. Or, le pays est déchiré entre deux gouvernements qui se disputent le pouvoir. L'Onu les presse de s'entendre sur un gouvernement d'union nationale, mais, en attendant, l'Union européenne devra se contenter d'une mission a minima.

La porte-parole de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, a tenu "à être très claire : les migrants ne sont pas la cible. Les cibles sont ceux qui se font de l'argent au prix de leur vie et souvent de leur mort. Cela fait partie de nos efforts pour sauver des vies" , a-t-elle déclaré à l'issue de la réunion de Luxembourg.

L'euro-député Arnaud Danjean (PPE, Les Républicains) explique sur France Info comment ces renseignements vont être obtenus. Il parle de moyens militaires : "des avions de surveillances, des sous-marins, des drones, des bateaux qui peuvent faire des interceptions électromagnétiques, des interceptions satellitaires" .

Arnaud Danjean, l'euro-député (PPE - Les Républicains) explique les modalités de cette opération sur France Info.
--'--
--'--

Selon lui, cette opération sera "extrêmement compliquée" parce que le phénomène de migration "se passe en Libye, et nous nous allons opérer de l'extérieur" . Il ajoute que les "passeurs sont très bien organisés" . Cette première phase est nécessaire pour "faire une cartographie la plus précise possible de ces réseaux de passeurs" .

A LIRE AUSSI ►►► Expliquez nous les migrants : revivez notre matinale spéciale