Belgique : une longue série d'attentats

La Belgique a une nouvelle fois été frappée par cette forme de terrorisme si compliquée à prévenir : un homme qui passe à l'action seul. Retour sur les derniers attentats auxquels le pays a dû faire face. 

Voir la vidéo
FRANCE 2

Ce sont des images que le pays n'est pas près d'oublier : le 22 mars 2016, la Belgique est frappée par un attentat organisé et commandité depuis la Syrie par Daech. Une triple explosion à l'aéroport de Zaventem et dans le métro bruxellois fait 32 morts et 340 blessés. Mais le royaume a aussi dû affronter des attaques isolées, plus improvisées de la part d'assaillants radicalisés, sans le soutien d'une organisation terroriste, comme à Charleroi, le 6 août 2016 : un homme sort une machette de son sac et blesse grièvement deux policiers avant d'être abattu. Cet Algérien de 33 ans est en situation irrégulière et connu pour de petites infractions, mais pas pour des liens avec la mouvance jihadiste.

Du terrorisme "low cost" ?

Un an plus tard, c'est cette fois une attaque au couteau qui touche le pays, le 25 août 2017 : trois militaires sont agressés dans le centre-ville de Bruxelles par un individu qui crie "Allah akbar". L'un des soldats est légèrement blessé, l'assaillant est tué. Ce Belge d'origine somalienne n'était lui non plus pas connu pour des faits de terrorisme. Des attaques soudaines, aujourd'hui qualifiées par certains experts de terrorisme "low cost". Selon les autorités belges, la menace a pourtant diminué ces derniers mois, même si, comme en France, les services de renseignement du pays redoutent toujours le retour d'anciens combattants de la zone irako-syrienne  et surtout l'idéologie véhiculée par Daech sur les réseaux sociaux et parfois même dans les prisons du royaume.    

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'aéroport de Zaventem, à Bruxelles, lors de l\'attentat du 22 mars 2016.
L'aéroport de Zaventem, à Bruxelles, lors de l'attentat du 22 mars 2016. (FRANCOIS LENOIR / REUTERS)