Marine Le Pen désigne François Hollande comme le "vice-chancelier" d'Angela Merkel

Le couple franco-allemand a affiché son unité au Parlement européen.

FRANCE 3

"Ce que j'appelle ici, ce n'est pas l'abandon de la souveraineté, c'est la souveraineté et la souveraineté n'a rien à voir avec le souverainisme. La souveraineté européenne c'est d'être capable de décider pour nous-mêmes et d'éviter que ce soit le retour aux nationalismes, aux populismes, aux extrémismes". C'est en ces termes que François Hollande s'est exprimé, mercredi 7 octobre, devant les députés européens.  

La réponse du Front national

Un peu plus tard, Marine Le Pen s'est illustrée dans une charge vigoureuse à l'encontre du chef de l'État : "Merci Mme Merkel de nous faire le plaisir de venir aujourd'hui avec votre vice-chancelier administrateur de la province France. (...) J'aurais aimé vous appeler président de la République par respect de votre fonction, mais pas plus que votre prédécesseur vous n'exercez votre fonction". 
 

Le JT
Les autres sujets du JT
Angela Merkel et François Hollande avant leur intervention conjointe devant le Parlement européen à Strasbourg (Bas-Rhin), le 7 octobre 2015.
Angela Merkel et François Hollande avant leur intervention conjointe devant le Parlement européen à Strasbourg (Bas-Rhin), le 7 octobre 2015. (VINCENT KESSLER / REUTERS)