Cet article date de plus de neuf ans.

Margaret Thatcher en cinq chansons pas tendres

La politique de l'ancienne Première ministre britannique a inspiré des textes souvent violents à son égard. En voici une petite sélection.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Affiche d'une comédie musicale satirique, jouée au théâtre Foursight de Wolverhampton (Royaume-Uni), en 2006. ( REUTERS)

Elle n'a pas seulement changé la face du Royaume-Uni, elle a aussi changé celle de nombreux disques. Margaret Thatcher, l'ancienne Première ministre britannique, morte lundi 8 avril, a en effet été une source d'inspiration pour de nombreux artistes. Elle est la responsable politique européenne la plus représentée, rarement sous son meilleur angle, en musique, au cinéma et au théâtre, selon Le Monde. Sous Thatcher, le Royaume-Uni a vu exploser chanteurs contestataires et groupes punks, naître la dépressive cold wave, et émerger la musique techno et les rave parties. Francetv info raconte la haine des musiciens pour la "dame de fer" en cinq chansons.

The Specials, Ghost Town (1981)

Margaret Thatcher arrive au pouvoir en 1979. Dès son premier mandat, elle se fait quelques ennemis parmi les musiciens, en avançant l'heure de fermeture des pubs et des clubs à 2 heures du matin. De quoi énerver les Specials, entre autres, qui chantent : "This town / is coming like a ghost town / All the clubs have been closed down (...) / Bands won't play no more / Too much fighting on the dance floor" (Cette ville devient une ville fantôme, tous les clubs ont fermé (...) Les groupes ne joueront plus, trop de bagarre sur la piste de danse).

 Elvis Costello, Shipbuilding (1982)

Dans sa chanson Tramp the dirt down, Elvis Costello insulte personnellement Thatcher : "When England was the whore of the world, Margaret was her madam" ("Quand l'Angleterre était la putain du monde entier, Margaret en était la maquerelle"). Plus subtile, Shipbuilding est une vive critique de la guerre des Malouines contre l'Argentine, en 1982, qui a d'abord donné du travail aux ouvriers des chantiers navals, avant de les envoyer, eux et leurs fils, à la guerre.

Renaud, Miss Maggie (1985)

Renaud écrit cette chanson après le drame du Heysel, à Bruxelles (Belgique), qui fait 39 morts et des centaines de blessés dans un stade, après une gigantesque bagarre entre hooligans. Selon lui, seuls les hommes sont assez bêtes pour se battre, "à par peut-être madame Thatcher". "Y a pas de gonzesse hooligan / Imbécile et meurtrière / Y'en a pas même en Grande-Bretagne / A part bien sûr madame Thatcher". Renaud reconnaît lui-même douter du "bon goût" de son texte, mais assure que "ça soulage" (dans la vidéo).

Morrissey, Margaret on the Guillotine (1988)

C'est la dernière chanson de l'album Viva Hate de Morrissey, ancien leader du groupe The Smiths. Le duo guitare-voix interprète une douce ballade, mais son titre, et le texte, sont sans détour : "The kind people / Have a wonderful dream / Margaret on the guillotine / Cause people like you / Make me feel so tired / When will you die ?" ("Les gentilles personnes / Ont un rêve merveilleux / Margaret à la guillotine / Car les gens comme toi/ me fatiguent / Quand mourras-tu ?") On a connu des ballades plus tendres.

Hefner, The Day That Thatcher Dies (2000)

Margaret Thatcher n'est plus au pouvoir depuis près de dix ans, mais cela ne suffit pas au groupe anglais Hefner, originaire de Londres. Comme Morrissey et d'autres, ils attendent à présent sa mort : "We will laugh the day that Thatcher dies / Even though we know it's not right / We will dance and sing all night" ("Nous rirons le jour où Thatcher mourra, même si nous savons que c'est mal, nous danserons et chanterons toute la nuit").

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.