Vrai ou fake Guerre en Ukraine : trois fausses informations récemment partagées sur les réseaux sociaux

Un fausse couverture du magazine "Time", affublant Vladimir Poutine de la moustache d'Adolf Hitler, a notamment été largement relayée. Elle est en réalité l'œuvre d'un graphiste gallois.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 6 min.
Un graphiste gallois, Patrick Mudler, a expliqué être à l'origine de cette fausse couverture du "Time", largement relayée sur les réseaux sociaux depuis le 28 février 2022. (TWITTER / "PATRICK MUDLER")

Depuis l'envoi de l'armée russe en Ukraine, jeudi 24 février, les photos et vidéos documentant cette guerre se multiplient sur les réseaux sociauxDans cette guerre des images, plusieurs photos détournées ou analyses trompeuses ont été partagées. Franceinfo fait le point sur trois fausses informations qui ont circulé sur internet au cours des derniers jours.

>> Guerre en Ukraine : suivez les dernières informations dans notre direct

Une fausse couverture du "Time" devenue virale

A chaque événement historique, les couvertures du Time Magazine font le tour du monde. Quatre jours après l'envoi des troupes russes en Ukraine, une supposée couverture du magazine américain a ainsi circulé, lundi 28 février, sur les réseaux sociaux. Elle représente le président russe, Vladimir Poutine, affublé de la moustache d'Adolf Hitler. "Le retour de l'histoire : comment Poutine a brisé les rêves de l'Europe", peut-on lire sous ce montage.

Ce numéro, daté du 28 février au 7 mars, a été partagé par plusieurs comptes, dont ceux de médias ukrainiens. La publication du site d'informations biélorusse Nexta a, à elle seule, été retweetée par plus de 4 000 utilisateurs et "aimée" par quelque 25 000 comptes. En France, le porte-parole du Rassemblement national, Julien Odoul, a également relayé cette couverture sur Twitter, en fustigeant les "caricatures débiles" de "certains journalistes". Pourtant, cette "une" virale est  fausse.


Une recherche sur le site du Time (en anglais) permet de constater que leur dernière édition américaine, du 28 février au 7 mars, n'est pas dédiée à la guerre en Ukraine. Elle est consacrée à Orion Jean, un jeune Américain de 11ans, désigné "enfant de l'année 2021" par le magazine. Ses autres éditions, et notamment celle couvrant l'Europe, ne portent pas non plus sur le conflit.

Le prochain numéro du Time, daté du 14 au 21 mars, sera lui bien consacré à la guerre en Ukraine. Mais la future couverture, partagée le 25 février par le compte officiel du magazine, représente un char et non un portrait de Vladimir Poutine l'associant à Adolf Hitler. La fausse couverture virale emprunte toutefois le véritable titre de l'édition à paraître. 

Comme l'indique le crédit photo sur le montage représentant le président russe, celui-ci a été réalisé par "Patrick Mulder". Ce graphiste gallois explique auprès de France Inter avoir réalisé cette fausse couverture car, selon lui, la prochaine édition du Time "manquait d'inspiration et de conviction". 

"Je voulais créer quelque chose qui vienne nourrir la conversation autour de l'invasion de l'Ukraine", a-t-il également justifié lundi sur son compte Twitter. Le Britannique a ajouté que cette fausse "une" faisait partie d'une série de trois photomontages, dont l'un mêle les yeux d'Adolf Hitler au visage du président russe

Ce n'est pas la première fois que des montages sont associés à tort au Time. Les fausses couvertures du magazine américain sont un "grand classique de la désinformation sur Twitter, par laquelle n'importe laquelle de nos opinions serait aussitôt enluminée du prestige et de la fiabilité de la presse américaine", relève sur Twitter Corentin Sellin, spécialiste des Etats-Unis. En mai 2020, une fausse illustration dressait un parallèle entre Adolf Hitler et l'ancien président américain Donald Trump.

Une photo d'une jeune Palestinienne et non d'une Ukrainienne

Plusieurs photos montrant une petite fille face à un soldat ont été largement partagées ces derniers jours sur les réseaux sociaux. "Une petite Ukrainienne de 8 ans défie un soldat russe en lui disant de retourner dans son pays", peut-on par exemple lire sur l'une des publications. 

Or, comme le souligne un journaliste américain sur Twitter, l'enfant sur ces clichés n'est pas ukrainienne. Il s'agit en réalité d'Ahed Tamimi, une Palestinienne devenue symbole de la résistance contre l'occupation israélienne. Cette vidéo date de 2012 et a été tournée en Cisjordanie, comme l'explique ce sujet du "20 heures" de France 2 diffusé en 2015. Les images montrent Ahed Tamimi, alors âgée de 11 ans, le poing levé face à des soldats israéliens.

En 2017, dans une autre vidéo virale, on pouvait voir Ahed Tamimi donnant des coups de pied et de poing à des soldats israéliens. Elle a été condamnée l'année suivante à huit mois de prison par un tribunal militaire israélien.

Prudence avec l'utilisation des métadonnées du discours de Poutine annonçant l'envoi de l'armée russe en Ukraine

L'allocution du président Vladimir Poutine annonçant l'envoi de l'armée russe en Ukrainele 24 février, a-t-elle été enregistrée trois jours plus tôt ? Des doutes ont émergé alors que la vidéo présente plusieurs similitudes avec un précédent discours du président russe, diffusé le 21 février, dans lequel il reconnaît l'indépendance des régions séparatistes prorusses du Donbass. Le cadrage et le décor sont similaires, le chef d'Etat russe porte la même tenue. 

Le journal d'investigation russe Novaïa Gazeta a assuré que cette dernière allocution avait "été enregistrée dans la soirée du 21 février". Le média d'opposition s'est appuyé sur les métadonnées de la vidéo. Ces informations sont la carte d'identité d'une photo ou d'une vidéo. Elles rassemblent notamment la date et le lieu de la captation, mais aussi le modèle de l'appareil photo ou de téléphone ayant permis l'enregistrement. C'est sur ces données extraites du site du Kremlin, où est hébergée la vidéo de l'allocution, que Novaïa Gazeta s'est basé, capture d'écran à l'appui.

Or, le discours de Vladimir Poutine diffusé le 24 février dure 28 minutes, et non 55 minutes, comme le mentionne la capture d'écran de Novaïa Gazeta. Le média russe a finalement reconnu une erreur. "Nous avons vérifié les métadonnées de la mauvaise vidéo car elles sont identiques visuellement", a déclaré le 25 février une porte-parole de Novaïa Gazeta auprès de l'AFP Factuel.

Selon les métadonnées de la vidéo de l'allocution de Vladimir Poutine lançant l'opération militaire en Ukraine, la création officielle du fichier date bien de la nuit du 23 au 24 février, à 3h35, comme l'explique Numerama. Cela ne constitue cependant pas une preuve irréfutable qu'elle a bien été tournée à cette date. "Les métadonnées, facilement manipulables, pourraient avoir été postdatées pour faire croire que l'enregistrement a été tourné le jour même", rappelle l'AFP.

Si l'erreur de Novaïa Gazeta est apparue crédible, au point d'être reprise par plusieurs médias, y compris français, c'est notamment parce que le régime russe a été accusé à plusieurs reprises d'avoir mis en scène ses prises de parole. "Il y a un héritage du trucage et de la production de faux de la part de la Russie, depuis la fin de l'URSS, qui fait que tout le manuel en la matière est bien étayé et s'est très bien adapté au contexte très numérisé dans lequel on vit", éclaire auprès de l'AFP Julien Nocetti, chercheur associé à l'Institut français des relations internationales. 

Comment permettre à chacun de mieux s'informer ?

Participez à la consultation initiée dans le cadre du projet européen De facto sur la plateforme Make.org. Franceinfo en est le partenaire

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.