Ukraine : une nouvelle ville de l'est tombe aux mains des pro-russes

Le ministère de l'Intérieur s'en prend à la police, restée passive et jugée "incapable de protéger les citoyens".

Devant un bâtiment officiel de Louhansk (est de l\'Ukraine), le 9 avril 2014.
Devant un bâtiment officiel de Louhansk (est de l'Ukraine), le 9 avril 2014. (ALEX INOY / ANADOLU AGENCY)

L'est de l'Ukraine continue à sombrer dans le chaos. Des centaines de séparatistes pro-russes ont pris d'assaut, mardi 29 avril, des bâtiments officiels à Louhansk, capitale de la province la plus orientale d'Ukraine à la frontière de la Russie. Des manifestants ont forcé l'entrée du siège de l'exécutif régional avant de hisser des drapeaux séparatistes sur le toit du bâtiment, sans que la police n'intervienne.

APTN

A la tombée de la nuit, une vingtaine d'hommes munis d'armes automatiques ont ouvert le feu et jeté des grenades assourdissantes contre le quartier général de la police provinciale, exigeant des hommes retranchés à l'intérieur qu'ils déposent les armes, a rapporté un photographe de Reuters. Les rebelles se sont aussi emparés des sièges du parquet et de la télévision. "Les autorités régionales ne contrôlent pas leurs forces de police. La police locale n'a rien fait", a déclaré Stanislav Retchinski, conseiller du ministre de l'Intérieur Arsen Avakov.

Les chefs de la police à Donetsk et Louhansk limogés

Cette opération semble donner aux séparatistes pro-russes le contrôle d'une deuxième capitale régionale dans l'est de l'Ukraine. Ils maîtrisent déjà en grande partie la province voisine de Donetsk, où ils ont proclamé une "République populaire de Donetsk" et annoncé la tenue d'un référendum d'autodétermination le 11 mai.

La prise de Louhansk permettrait à ces séparatistes de contrôler l'intégralité du bassin minier du Donbass, frontalier de la Russie, où de vastes complexes sidérurgiques fournissent environ un tiers de la production industrielle de l'Ukraine.

Le président ukrainien par intérim, Oleksander Tourtchinov, a ordonné la mise à pied des chefs de la police dans les villes de Donetsk et de Louhansk, incapables selon lui de remplir leur mission. "Dans leur écrasante majorité, les services de maintien de l'ordre dans l'Est sont incapabales de faire leur devoir et de protéger les citoyens", a-t-il déploré.