Ukraine : le Premier ministre présente sa démission et provoque une crise politique

Le Parlement doit valider ce départ, mais le président Porochenko demande aux élus de le rejeter.

Le Premier ministre, Arseni Iatseniouk, s\'adresse au Parlement, à Kiev (Ukraine), le 24 juillet 2014.
Le Premier ministre, Arseni Iatseniouk, s'adresse au Parlement, à Kiev (Ukraine), le 24 juillet 2014. (ANDREW KRAVCHENKO / PRIME MINISTER PRESS-SERVICE / AFP)

L'Ukraine replonge dans la crise politique. En plein conflit armé avec les séparatistes pro-russes dans l'Est, Kiev doit désamorcer une crise politique après la démission surprise du Premier ministre, Arseni Iatseniouk, vendredi 25 juillet. Cette démission, qui doit être entérinée par le Parlement pour devenir effective, révèle une scission au sein du gouvernement.

Elle intervient après la dissolution de la coalition gouvernementale au Parlement, qui doit ouvrir la voie à des législatives anticipées. Le président, Petro Porochenko, qui souhaite la tenue de ce scrutin, la salue, alors qu'Arseni Iatseniouk la dénonce comme "un crime" qui aura des conséquences "dramatiques".

"J'espère que le sens de la responsabilité l'emportera"

Petro Porochenko demande au Parlement de ne pas approuver la démission du Premier ministre et de son gouvernement. "La dissolution de la coalition n'est pas une raison pour la démission du gouvernement. (...) J'espère que les émotions vont se calmer et que l'esprit froid et le sens de la responsabilité l'emporteront et que tout le gouvernement continuera de travailler", souligne-t-il.

Que la démission soit entérinée ou pas, cette situation mine l'image des autorités ukrainiennes, qui doivent non seulement gérer la guerre et les suites du crash de l'avion malaisien MH17 probablement abattu par un missile en zone rebelle, mais aussi une situation économique désastreuse.