Gel d'avoirs russes et ukrainiens : Moscou dénonce un nouveau "Rideau de fer"

Parmi les personnes visées par les sanctions européennes se trouvent le chef d'état-major de l'armée russe et le patron du renseignement militaire, ainsi qu'un vice-Premier ministre de Vladimir Poutine.

Le président russe, Vladimir Poutine, en réunion à Petrozavodsk (Russie), le 28 avril 2014.
Le président russe, Vladimir Poutine, en réunion à Petrozavodsk (Russie), le 28 avril 2014. (ALEXEI DRUZHININ / RIA NOVOSTI / AFP)

Un nouveau "Rideau de fer" s'abaisse-t-il sur l'Europe de l'Est, sous l'impulsion des Etats-Unis ? C'est l'avis de la Russie, qui dénonce la nouvelle volée de sanctions européennes. "C'est une politique absolument contreproductive (...) qui mène dans l'impasse la situation déjà critique en Ukraine", affirme le vice-ministre russe des Affaires étrangères Grigori Karassine à l'agence publique Ria Novosti.

L'Union européenne gèle les avoirs de 15 responsables russes et ukrainiens pro-russes, en représailles aux actions de Moscou en Ukraine, révèle le Journal officiel de l'UE, mardi 29 avril. Parmi eux, le chef d'état-major et le patron du renseignement de l'armée russe, ainsi qu'un vice-Premier ministre et les chefs des groupes séparatistes de l'est de l'Ukraine.

Ils sont considérés comme "responsables d'actions qui compromettent ou menacent l'intégrité territoriale, la souveraineté et l'indépendance de l'Ukraine", précise le Journal officiel. Ces quinze noms viennent allonger la liste des responsables politiques et militaires déjà sanctionnés. Aucune entreprise, en revanche, n'est encore touchée. A la différence de l'UE, les Etats-Unis ont choisi de viser les portefeuilles de banques d'investissements et de sociétés gazières et pétrolières.