Ukraine : dépistage de drogue en direct, parodie... La campagne mouvementée de l'élection présidentielle

Le comédien novice en politique Volodymyr Zelensky a remporté une victoire écrasante à la présidentielle en Ukraine face au président sortant Petro Porochenko. Entre eux, la campagne a été marquée par un duel tendu.

Les électeurs du président ukrainien Petro Porochenko, au Stade olympique de Kiev (Ukraine), le 19 avril 2019.
Les électeurs du président ukrainien Petro Porochenko, au Stade olympique de Kiev (Ukraine), le 19 avril 2019. (SERGEI GAPON / AFP)

Les Ukrainiens étaient appelés aux urnes, dimanche 21 avril pour le second tour de l'élection présidentielle. Les candidats ont mené une campagne considérée comme la plus violente de l’histoire du pays, et ce quasiment sans se croiser. La seule rencontre entre le président sortant, Petro Porochenko, et son adversaire, le comédien Volodymyr Zelensky, a eu lieu vendredi, à seulement deux jours du vote, dans le plus grand stade du pays, comptant 70 000 places. Franceinfo revient sur les quatre faits marquants de cette campagne hors normes.

Les candidats se soumettent à un dépistage de drogue et d'alcool en direct

Dans un message vidéo, posté le 3 avril, Volodymyr Zelensky (41 ans) invite Petro Porochenko (53 ans) à se soumettre à un dépistage de drogue et d’alcool, pour prouver aux Ukrainiens "qu’il n’y a, parmi les candidats, ni alcoolique ni drogué". "LUkraine a besoin d’un président en bonne santé", argue-t-il.  Deux jours plus tard, Petro Porochenkon se rend dans un laboratoire public du stade olympique, devenu lieu symbolique de la campagne. Volodymyr Zelensky, quant à lui, a choisi un centre médical privé.

Les deux visites médicales ont été relayées sur les réseaux sociaux, suivies par des milliers d’Ukrainiens en direct, et les deux certificats de santé ont été scrupuleusement analysés par les militants des deux camps. Ainsi, il s’est avéré que l'homme en blouse blanche qui a effectué la prise de sang de Zelensky était, en plus d’être médecin, un figurant de l’une des séries produites par la maison de production de Zelensky. Scandalisés et craignant une falsification de l'analyse, les militants de Porochenko ont proposé à Zelensky de refaire des tests. Le candidat leur a opposé une fin de non-recevoir.

Le clip de campagne de Volodymyr Zelensky est détourné

Les doutes sur la fiabilité des examens médicaux de Zelensky ont donné lieu à un détournement de l’un de ses clips de campagne. Dans le clip original, l’humoriste se met en scène avec des Ukrainiens, placés des deux côtés de la route. Il allume le feu vert pour qu’ils la traversent et se réunissent.

Dans une courte vidéo, postée le 10 avril sur la messagerie Telegram, on peut voir un extrait de ce même clip. Mais cette fois-ci, l'humoriste se fait renverser par un camion. L'image d’un rail de cocaïne apparaît ensuite à l'écran avec un jeu de mots en ukrainien : "chacun sa route" (dorizhka : "route" en ukrainien, peut également  être traduit par "rail "). L'entourage de Petro Porochenko a nié toute implication dans la fabrication de la vidéo. Pour déterminer l'origine du détournement, une information judiciaire a été ouverte.

Une conversation téléphonique à la télévision tourne au fiasco

Petro Porochenko est sorti du premier tour en ballottage défavorable, avec 15,95% des suffrages, soit deux fois moins que Volodymyr Zelensky (30,2%). Pour rattraper son retard, le président sortant, reconnu pour son éloquence, a tout misé sur une rencontre avec son rival.

Son objectif : ridiculiser l’humoriste sur les questions de sécurité, d'économie et de géopolitique. Les modalités du débat – lieu, date, choix du modérateur – ont déclenché un ping-pong de messages vidéos postés par les candidats sur leurs comptes officiels sur les réseaux sociaux.

Le 11 avril, le président sortant a débarqué sans invitation sur le plateau de la chaîne de télévision appartenant à l’oligarque Igor Kolomoïski, opposant au pouvoir en place, et qui diffuse la série créée par Volodymyr Zelensky. En arrivant sur le plateau, Petro Porochenko a exigé d’appeler Volodymyr Zelensky pour fixer le cadre du débat.  Après un dialogue de sourds de cinq minutes, l'humoriste lui a raccroché au nez.

Le président sortant parodie son adversaire dans une chanson

L’humoriste Zelensky, habitué à faire des shows sur scène devant une salle bondée, a finalement proposé à Porochenko de sortir du cadre habituel du débat, en s’affrontant en duel dans le plus grand stade de Kiev. Petro Porochenko a accepté le défi, en fixant la rencontre au 14 avril. Jugeant la date trop anticipée, Volodymyr Zelensky a refusé l’invitation et n’est jamais venu.

Le président sortant s’est donc retrouvé seul dans le stade devant des milliers de partisans. Il n’a pas raté l'occasion de se moquer de Zelensky en reprenant le refrain d’une chanson populaire ukrainienne parlant d’une jeune femme qui pose un lapin à un jeune homme. "Un showman peut devenir président, mais un président qui devient showman, c’est regrettable", a riposté Volodymyr Zelensky.