Cet article date de plus d'un an.

Ukraine : "Cette guerre n'est pas seulement notre guerre, c'est une guerre pour des valeurs européennes", déclare la Première dame ukrainienne

Olena Zelenska a réaffirmé jeudi sur France Inter sa volonté de voir Vladimir Poutine traduit devant un tribunal international, mais elle sait que "ce processus peut prendre des années".

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
La première dame ukrainienne, Olena Zelenska, lors d'une visite dans une école française, le 13 décembre 2022. (JULIEN DE ROSA / POOL)

"Cette guerre n'est pas seulement notre guerre, c'est une guerre pour des valeurs européennes, pour des valeurs humaines", déclare jeudi 15 décembre sur France Inter Olena Zelenska. La femme de Volodymyr Zelensky était questionnée sur sa crainte éventuelle de voir l'opinion internationale se lasser face à la situation, 10 mois après l'invasion de la Russie en Ukraine.

"Nous pouvons gagner ensemble cette guerre car chaque défaite ukrainienne est une défaite commune. Et chaque victoire ukrainienne, c'est notre victoire commune", estime-t-elle.

 

La Première dame ukrainienne est très claire. Elle veut "ardemment" que Vladimir Poutine soit traduit devant un tribunal international mais elle sait que la justice peut être longue  : "Nous sommes conscients que ce processus peut prendre des années, même peut-être des décennies. Mais c'est la raison pour laquelle nous travaillons sur tous les fronts pour la création d'un tribunal afin que toute personne qui s'est rendue coupable de crime d'agression, que chaque personne qui a donné des ordres, soit traduite devant la justice."

Un souhait pour 2023 : "la paix"

Olena Zelenska veut également "restaurer les frontières" de l'Ukraine puisque, dit-elle  : "Nous sommes dans notre pays." Concernant un possible départ de l'Ukraine après le début de la guerre, la Première dame explique ne pas avoir fait ce choix  : "Si j'étais partie, cela aurait été un signe terrible pour tous les autres. Moralement inacceptable et incorrect, injuste de ma part de faire ce choix."

>> REPORTAGE. "La peur, je l’ai oubliée quand mon meilleur ami est mort", témoigne une des ces Ukrainiennes au front

"Lorsque moi et ma famille nous sommes en Ukraine, nous sommes dans le même danger, poursuit-elle, nous partageons ce danger que tous les autres que des millions de nos concitoyens qui sont restés." Elle confie tout de même avoir peur pour ses enfants  : "Je sais que beaucoup d'Ukrainiennes ont quitté le pays, justement pour les enfants." Questionnée sur les fêtes de fin d'année qui approchent, Olena Zelenska est persuadée que tous les Ukrainiens n'auront qu'un souhait, un seul et même vœu pour l'année prochaine : "La paix".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.