Reportage Ukraine : à Marioupol, des adolescents remettent les tranchées en état et se préparent à la guerre

Au sud du Donbass, la région de Marioupol reste relativement épargnée pour l'instant par la montée des tensions. Mais la population se prépare : des adolescent ont décidé de nettoyer les tranchées qui donnent sur la mer d'Azov. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des adolescents nettoient des tranchées à Tchervoné en Ukraine, près de Marioupol, pour que les soldats ukrainiens puissent les utiliser en cas d'attaque des Russes. (BENJAMIN ILLY / RADIO FRANCE)

Malgré le vent, la pluie, le terrain boueux et glissant, ils sont là avec leurs pelles. Une poignée d'adolescents, certains orphelins, d'autres qui vivaient dans la rue, arrache les mauvaises herbes et donne des coups de pelle pour nettoyer les tranchées donnant sur la mer d'Azov. Car après la multiplication des heurts sur la ligne de front vendredi 18 février entre les séparatistes prorusses et les forces ukrainiennes dans le Donbass, les habitants se préparent au pire, même dans la région de Marioupol, tout au sud du Donbass, qui reste pour l'instant relativement épargnée. 

L'objectif ce jour-là, c'est de restaurer la tranchée qui ronge une colline face à la mer. Si les Russes attaquent, ce qui pourrait arriver très prochainement selon les dernières déclarations de Joe Biden, elle doit être opérationnelle. Parmi les adolescents, il y a Mischa, 15 ans, qui aimerait que les séparatistes "rangent les armes". "Mais ils ne comprennent pas, poursuit le jeune homme, vêtu d'un treillis militaire américain. J'aimerais savoir comment leur faire comprendre qu'on ne veut pas faire la guerre. Là maintenant, tout ce qu'on peut faire, c'est se défendre et les repousser le plus loin de l'Ukraine."

Mischa, 15 ans, l'un des adolescents nettoyant des tranchées à Tchervoné en Ukraine, près de Marioupol, au bord de la mer d'Azov. (BENJAMIN ILLY / RADIO FRANCE)

"Je n'ai pas envie d'être un soldat mais s'il le faut, je vais l'être. Je suis prêt à défendre et à aider l'Ukraine."

Mischa, 15 ans

à franceinfo

Sous la tranchée, un bunker, où les soldats pourront se réfugier. C'est aussi là que se trouve Guennadiy Mokhnenko, "54 ans dans quelques semaines s'il survit", une carrure de combattant, aumonier dans l'armée. Il encadre les 35 jeunes du centre d'accueil de Tchervoné et gère le chantier de nettoyage. Son plus jeune protégé a 14 ans. "Ça fait huit ans que chaque jour, en se levant, il voit la guerre par la fenêtre. On a des attaques quasiment tous les jours, la guerre continue, raconte Guennadiy. Il y a deux mois, j'ai enterré le fils de l'un de mes amis. Il avait seulement 22 ans et s'était porté volontaire pour défendre le pays. À 21h, il appelait sa fiancée. À 22h, un sniper l'a tué."

"Protégez-nous du bain de sang"

La tension sur la ligne de front est maximale, reconnaît l'aumonier. "Ils continuent d'essayer de nous faire peur. Mais d'un autre côté, ils n'ont pas essayé de traverser la ligne de front et j'espère qu'ils ne vont pas réussir à avancer."

L'aumônier militaire Guennadiy Mokhnenko qui encadre des adolescents nettoyant des tranchées à Tchervoné en Ukraine, près de Marioupol. (BENJAMIN ILLY / RADIO FRANCE)

"L'étincelle, ça peut être vraiment n'importe quoi. Ça peut arriver n'importe quel jour, à n'importe quelle minute. Personne ne sait ce qui va déclencher le pire."

Guennadiy Mokhnenko, aumônier dans l'armée ukrainienne

à franceinfo

Le travail est fini pour aujourd'hui. Face à la mer d'Azov, les jeunes se rassemblent et l'aumonier récite une prière. Il implore : "Protégez-nous du bain de sang. Arrêtez cette folie."

Des Ukrainiens face à la menace russe : reportage à Marioupol de Benjamin Illy
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.