Cet article date de plus d'un an.

Témoignage "Au début, c'était difficile de s'adapter" : en Ukraine, le retour compliqué des soldats en permission à Kiev

Alors que l'avancée des russes est stoppée autour de Bakhmout, la vie reprend son cours à l'arrière du front. Lorsqu'ils rentrent en permission les soldats doivent gérer ce retour à "la vie d'avant".
Article rédigé par Thibault Lefèvre
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Serhy et Marina se retrouvent lors que le soldat rentre en permission. (THIBAULT LEFEVRE / FRANCE INTER)

A Bakhmut, dans le Donbass, à l'est de l'Ukraine, les Russes n'avancent plus selon le chef d’état-major des armées ukrainiennes, Valéri Zaloujny. La région est à feu et à sang, depuis plusieurs mois maintenant : les tirs d’artillerie sont incessants, avec des combats d’infanterie dans les villes, des tranchées, de la boue, des morts... Mais à l’arrière, la vie reprend malgré tout son cours. Le printemps arrive, les magasins, les cinémas, les restaurants sont ouverts. Pour les soldats en permission, c’est le temps de se reposer. Mais il faut aussi gérer psychologiquement ce passage de la guerre à la vie d’avant.

>> Groupe Wagner : des hackers dévoilent les ramifications des activités d'Evguéni Prigojine

Deux jours avant de revenir en permission à Kiev pour quelques jours, Serhy était au milieu des combats dans le Donbass. "Qu'est-ce que vous voulez que je vous dise ?, lâche le soldat. C'est la guerre, c'est difficile. Le plus dur, c'est dans la tête quand tu vois tes amis mourir. La guerre, ça change les gens". Aujourd'hui, cet ancien lieutenant désormais volontaire dans l'armée, flâne sur la place Maïdan au cœur de la capitale ukrainienne. Il y a de la musique, les parents promènent leurs enfants, le McDonald's est ouvert : rien ne laisse penser que le pays est en guerre.

"Au début, c'était difficile de s'adapter. Quand tu vois des gens qui ne comprennent pas ce qu'il se passe à 800 kilomètres de Kiev", développe Serhy. Mais petit à petit, tu apprends à te connaître, tu changes d'optique, alors tu vas au cinéma, tu lis des livres, tu fais du sport".

Dixième retour à Kiev 

C'est la dixième fois que Serhy revient à Kiev après des missions compliquées. Il a notamment combattu à Sievierodonetsk, puis à Soledar et à Barmukht. À chaque permission, il va chez Marina, sa petite amie, depuis quelques mois. Quand on lui demande qu'elle est la première chose qu'il fait quand il rentre à Kiev, sa réponse est claire : "Quand ta copine t'attend, les premières choses que tu fais, ce sont des câlins et des bisous".

Pendant toute la durée de l'entretien, les amoureux ne se sont pas lâchés. Un quotidien difficile à supporter pour Marina : "C'est très difficile toutes ces nuits sans dormir. Franchement, pour moi, c'est compliqué. Je suis quelqu'un de très sentimental, très émotif. Nous traversons une période vraiment pas simple. Mais que voulez-vous que je fasse? C'est comme ça." 

Dans quinze jours, Serhy repartira pour une 11ᵉ mission sur le front. Mais il ne veut pas en dire plus, "Secret défense", dit-il. Même Marina n'est pas au courant.

Guerre en Ukraine : le témoignage de Serhy au micro de Thibault Lefèvre

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.