"Fuck the EU !" : un enregistrement pirate plombe l'ambiance entre Washington et Bruxelles

Dans une conversation enregistrée à son insu, Victoria Nuland, la secrétaire d'Etat adjointe américaine pour l'Europe, s'est emportée contre l'UE au sujet de la situation en Ukraine. 

La secrétaire d\'Etat adjointe américaine pour l\'Europe, Victoria Nuland, à Washington (Etats-Unis), le 15 janvier 2014.
La secrétaire d'Etat adjointe américaine pour l'Europe, Victoria Nuland, à Washington (Etats-Unis), le 15 janvier 2014. (SAUL LOEB / AFP)

"Fuck the EU !" Pour avoir proféré ces insultes, selon une bande-son mise en ligne sur YouTube jeudi 6 février, Victoria Nuland, la secrétaire d'Etat adjointe américaine pour l'Europe, s'attire les foudres des membres de l'Union européenne. Le dérapage tourne presque à l'incident diplomatique. Explications.

Qu'entend-on sur l'enregistrement ? 

Victoria Nuland a perdu son sang-froid, à en croire l'enregistrement où sa voix est clairement identifiée. La plus haute responsable du département d'Etat pour le continent européen s'entretient avec un homme dont la voix correspond à celle de l'ambassadeur des Etats-Unis à Kiev, Geoffrey Pyatt. Ils discutent de la manière de régler les troubles politiques en Ukraine.

Une première version de la conversation de quelque 4 minutes n'est plus en ligne, mais son contenu a été retranscrit fidèlement par le quotidien ukrainien Kyivpost (en anglais). Victoria Nuland annonce qu'elle s'est entretenue avec les Nations unies et que Ban Ki-moon est prêt à envoyer quelqu'un pour aider l'Ukraine à se sortir de la crise. 

"Je pense que c'est bien que les Nations unies aident à faire coller les choses, et ... tu sais... que l'Union européenne [accusée de ne pas assez faire pression sur le président Ianoukovitch] aille se faire foutre", lance-t-elle. "Exactement", répond son interlocuteur, qui redoute que la Russie "ne torpille" le processus en cours. 

D'où sort cette bande-son ? 

La conversation, non datée et mise en ligne mardi, semble avoir été enregistrée à l'insu de ses protagonistes. Il a fallu quarante-huit heures pour qu'elle soit connue publiquement, notamment via Twitter. Les Etats-Unis, qui n'ont ni confirmé ni démenti le contenu de l'échange, accusent les autorités russes d'avoir aidé à sa diffusion, en faisant sa publicité sur le réseau social. L'une des premières personnes à avoir tweeté le lien n'est autre que Dmitri Loskoutov, un conseiller gouvernemental russe. 

Le même jour, une autre bande-son a été postée sur YouTube. On y entend Helga Schmid, le bras droit de Catherine Ashton, parler en allemand à un certain Jan. Il pourrait s'agir de Jan Tombinski, l'ambassadeur de l'UE en Ukraine. Helga Schmid s'y plaint des critiques américaines sur le peu d'enthousiasme des Européens à imposer des sanctions à Kiev. "Il est très ennuyeux que les Américains (...) disent que nous sommes trop mous", dit-elle. "Pourquoi nous mettent-ils en cause et nous ridiculisent-ils ?", s'interroge la diplomate européenne, craignant que "Cathy [Catherine Ashton] soit mise à l'écart"

La publication simultanée de ces deux enregistrements tombe très bien pour Moscou, qui a haussé le ton jeudi contre ce qu'elle qualifie d'ingérences occidentales en Ukraine.

Comment se défend la diplomate américaine ? 

La porte-parole du département d'Etat, Jennifer Psaki, a indiqué que Victoria Nuland "a été en contact étroit avec la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, (...) avec ses homologues européens, et elle a bien sûr présenté ses excuses (...) pour les propos qui ont été rapportés."

Mais l'intéressée n'a pas souhaité s'exprimer sur ses propos embarrassants. "Je ne vais pas commenter une conversation diplomatique privée", a déclaré la secrétaire d'Etat américaine lors d'une conférence de presse à Kiev. "C'est un professionnalisme impressionnant. La qualité audio est très bonne", a-t-elle toutefois noté.

Comment réagit Bruxelles ? 

"Pas de commentaire" de la part de la chef de la diplomatie de l'Union européenne, Catherine Ashton. "Notre préoccupation est ailleurs, sur le terrain, avec les Ukrainiens pour essayer de les aider à trouver une solution à crise actuelle", a assuré une des porte-parole de la Commission européenne. 

Reste qu'en coulisses, la fuite orchestrée des propos de Victoria Nuland fait grincer les dents. "Dire que l'UE ne fait rien en Ukraine, rien n'est plus faux", s'emporte un haut responsable européen sous couvert de l'anonymat. "Nous sommes, nous avons été et nous serons très actifs" pour résoudre la crise politique en Ukraine, s'insurge-t-il. Un ambassadeur anonyme souligne aussi que l'UE est impliquée en Ukraine "depuis de longues années".

Plus directe, Angela Merkel juge "absolument inacceptables" les propos de la diplomate américaine. "La chancelière veut une nouvelle fois marteler que [Catherine] Ashton fait un excellent travail", a indiqué la porte-parole adjointe d'Angela Merkel. La situation semble donc se tendre. Mais qu'on se rassure. Pour le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney, "les relations avec l'UE sont plus fortes que jamais."