Pologne : les réfugiés russes craignent d'être expulsés à cause des restrictions temporaires sur les visas

La Pologne, l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie suspendent les visas des citoyens russes à partir de ce lundi 19 septembre. Une nouvelle sanction contre la Russie sur fond de guerre en Ukraine.

Une femme tient un passeport russe dans ses mains, à Donetsk en Ukraine, le 19 février 2022.
Une femme tient un passeport russe dans ses mains, à Donetsk en Ukraine, le 19 février 2022. (STR / AFP)

"S’ils refusent mon visa et ne me donnent pas de permis de séjour, je vais devoir rentrer en Russie et là-bas ils me mettront en prison", s'inquiète Agata, une citoyenne russe opposante à Vladimir Poutine, réfugiée en Pologne. Le pays, tout comme ses voisins baltes, l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie, ferme sa frontère aux citoyens russes, ce lundi 19 septembre.

>> Guerre en Ukraine : la présidente de la Commission européenne veut que Vladimir Poutine soit traduit en justice

La Pologne refuse les visas pour des raisons touristiques, culturelles, sportives ou professionnelles. Le motif : répondre à des "menaces en matière de politique publique et de sécurité" et isoler encore un peu plus la Russie, à la peine sur le terrain militaire ukrainien. 

Mais, à l'image d'Agata, les citoyens russes réfugiés en Pologne depuis le début de la guerre en Ukraine redoutent un retour forcé dans leur pays. "Cette nouvelle mesure empêche toute résistance, c’est une très mauvaise solution", commente Agata, qui craint que son visa ne soit pas renouvelé.

Une mesures qui "aide Poutine"

Restreindre les visas, c’est risquer de décourager ceux qui veulent encore fuir. Agata a peur de ne pas revoir ses proches : "Ma famille veut rester en Russie parce qu’ils aiment leur maison malgré tout, mais ils ne pourront pas venir me voir. Moi je suis bloquée ici et je ne peux pas leur rendre visite tant que je n’ai pas mon permis de séjour."

Ces réfugiés estiment que cette décision sert les objectifs de Moscou. "Je pense que c’est une grosse erreur de la part de la Pologne, explique Andrej, exilé depuis mars. Cette décision aide Poutine."

"Vladimir Poutine veut bâtir un rideau de fer autour de la Russie et cette nouvelle mesure va dans son sens"Andrej, un Russe exilé en Pologneà franceinfo

Pour Andrej et les autres, empêcher les Russes de venir en Pologne est une atteinte à la liberté de circulation inscrite dans la déclaration universelle des droits de l’Homme des Nations unies.