"Nous devons nous inquiéter" : après le sabotage de Nord Stream, les producteurs norvégiens renforcent la sécurité de leurs gazoducs

Depuis le début de la guerre, la Norvège est devenue le premier fournisseur de gaz en Europe. Les revenus issus de l’industrie gazière et pétrolière ont été multipliés par trois cette année.

Article rédigé par
Boris Hallier, à Kopervik - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Fode Leversund, PDG de Gassco, entreprise qui opère les 9 000 kilomètres de gazoducs entre la Norvège et l'Europe. (BORIS HALLIER / RADIO FRANCE)

Alors qu'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU à la demande du Kremlin est prévue vendredi 30 septembre suite aux soupçons de sabotage évoqués pour expliquer les fuites des gazoducs reliant la Russie et l'Allemagne, Frode Leversund a la tête des mauvais jours. Dans son bureau avec vue sur le Mer du Nord, le patron de Gassco, l’entreprise qui opère les 9 000 km de gazoduc entre la Norvège et le reste de l’Europe, dont l'un d'eux arrive à Dunkerque, est préoccupé. "Bien sûr, nous devons nous inquiéter. Ce qui s’est passé avec Nord Stream est un incident grave", entame-t-il. 

"Nous avons augmenté notre niveau de sécurité. Nous l’avons fait dès que la guerre a commencé en Ukraine."

Frode Leversund, patron de Gassco

à franceinfo

Les fuites de méthane, particulièrement préoccupantes pour l'environnement, ont incité le gouvernement norvégien à promettre une surveillance renforcée et le déploiement plus visible de l’armée sur terre, en mer et sous l’eau. Les entreprises comme Gassco sont également appelées à renforcer leurs mesures de sécurité. "Nous avons des systèmes de détection que nous suivons avec attention, tous les jours, toutes les heures, tout le temps. Et puis nous avons un programme d’inspection pour nous assurer de l’intégrité de nos installations", expose-t-il.   

La Norvège, premier fournisseur de gaz

La pression est d’autant plus grande que la Norvège est maintenant le premier fournisseur de gaz en Europe. Les plateformes en mer tournent à plein régime. Il poursuit : "Nous avons augmenté la capacité de nos gazoducs de 8% par rapport à l’année dernière. La principale chose que nous avons faite pour y arriver c’est d’optimiser notre campagne de maintenance qui s’achève demain. L’arrêt des installations a été limité." 

De nouveaux permis d’exploitation ont également été accordés pour accroître la production. "Le gouvernement estime que ses revenus issus de l’industrie gazière et pétrolière ont été multipliés par trois cette année, commente Torfinn Harding est professeur d’économie à l’université de Stavanger. C’est une énorme augmentation en partie liée à l’explosion des prix du gaz." La Norvège devrait ainsi exporter 122 milliards de m3 de gaz cette année, une première pour le pays scandinave.

Face à l’explosion des prix du gaz, l’Union européenne pourrait imposer un plafond sur le prix des importations. Quinze pays dont la France le réclament. Les ministres européens de l’Énergie se retrouvent ce vendredi pour en discuter dans le cadre d’un conseil extraordinaire.  

Norvège, un exportateur de gaz au rôle inédit - le reportage de Boris Hallier
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.