Volodymyr Zelensky salue un "jour historique" après l'ouverture officielle des négociations d'adhésion de l'Ukraine à l'Union européenne

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a elle aussi salué cette "bonne nouvelle".
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, avant l'ouverture du sommet sur la paix en Ukraine, à Bürgenstock (Suisse), le 15 juin 2024. (ALESSANDRO DELLA VALLE / AFP)

"Moment historique" pour le président du Conseil européen, Charles Michel, "jour historique" pour le président ukrainien, Volodymyr Zelensky : les superlatifs n'ont pas manqué pour saluer l'ouverture de ces négociations attendues avec impatience à Kiev, plus de deux ans après le début de l'invasion russe. L'Union européenne a officiellement lancé, mardi 25 juin, à Luxembourg des négociations d'adhésion avec l'Ukraine, pays en guerre depuis l'invasion russe du 24 février 2022. "Une Ukraine forte n'est pas possible sans l'UE, et une UE forte n'est pas non plus possible sans l'Ukraine", a déclaré le Premier ministre ukrainien, Denys Chmygal, à l'ouverture des négociations.

Des négociations "rigoureuses et exigeantes"

"Les négociations d'adhésion que nous ouvrons aujourd'hui (mardi) seront rigoureuses et exigeantes. Avec détermination et engagement, nous sommes confiants dans votre capacité à parvenir à une conclusion positive", a déclaré de son côté la ministre belge des Affaires étrangères Hadja Lahbib, dont le pays préside actuellement le Conseil de l'UE, qui rassemble les Etats membres.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a elle aussi salué cette "bonne nouvelle". Seul Budapest a manifesté sa réprobation, rappelant mardi à Luxembourg que l'Ukraine était encore "très loin" de remplir tous les critères avant de pouvoir rejoindre les Vingt-Sept, selon le ministre des Affaires européennes hongrois, Janos Boka.

L'ouverture de ces négociations est le résultat d'un accord obtenu de haute lutte par 26 pays de l'UE, qui ont été contraints de rivaliser d'ingéniosité pour convaincre le 27e, la Hongrie de Viktor Orban, de ne pas bloquer le processus. Ce processus d'adhésion ne devrait pas aboutir avant plusieurs mois. L'exécutif européen a réclamé de Kiev des mesures pour lutter contre la corruption et l'emprise des oligarques. La Commission a également demandé une meilleure prise en compte des minorités, une mesure réclamée avec insistance par Budapest en raison de la présence en Ukraine d'une communauté hongroise. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.