L'ambassade de France est de retour à Kiev mais continue "à déconseiller formellement" aux ressortissants de revenir, dit l'ambassadeur de France

L'ambassade de France est de retour à Kiev, jugeant les conditions sécuritaires "acceptable" dans la capitale ukrainienne. En revanche, elle déconseille toujours "formellement" à ses ressortissants de se rendre dans le pays.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Etienne de Poncins, ambassadeur de France en Ukraine, de retour à Kiev, le 17 avril 2022. (DAPHNE ROUSSEAU / AFP)

"Ce n'est pas parce que l'ambassade est revenue à Kiev que nous avons changé notre conseil aux voyageurs, bien au contraire", insiste ce dimanche sur franeinfo Etienne de Poncins, ambassadeur de France en Ukraine. Transférée le 28 février à Lviv, à cause de l’invasion russe, l’ambassade a fait son retour vendredi dans la capitale ukrainienne. Mais la France déconseille toujours "formellement" à ses ressortissants de se rendre dans le pays.

franceinfo : Volodymyr Zelensky a proposé ce dimanche à Emmanuel Macron de venir à Kiev. Est-ce que ça va se faire ?

Etienne de Poncins : Je ne sais pas. Le président de la République a répondu. Sa venue à Kiev, c'est quelque chose qu’il avait déjà en tête mais les conditions n'étaient pas réunies pour une visite pour l’instant. Il faut lui poser la question.

Le président ukrainien invite Emmanuel Macron pour discuter du terme de génocide. Un terme qu’utilise Kiev mais pas l’Elysée. Est-ce justifié selon vous ?

Le président de la République a été clair sur ce sujet. Le terme de génocide a une signification juridique précise. C'est à la Cour pénale internationale, notamment, de l'apprécier. C'est un débat qui mérite d'être examiné de façon très approfondie.

Le retour de l’ambassade de France à Kiev semble vouloir montrer que la situation s'est améliorée dans la capitale ukrainienne. Les conditions, selon vous, ne sont toutefois pas encore réunies pour faire venir le président de la République ?

S’agissant de l’ambassade, nous avons effectivement jugé que les conditions sécuritaires étaient acceptables et qu'elles permettaient le retour de l'ambassade qui avait quitté Kiev depuis le 28 février. Nous avons donc fait sept semaines à Lviv.

"Ce qui a notamment changé, c'est que la ville n'est plus menacée directement d'un encerclement et que les troupes russes ont franchi la frontière dans l'autre sens."

Etienne de Poncins

à franceinfo

Elles sont reparties au nord. La ville reste soumise évidemment à des possibilités de missiles. Mais ça, depuis le début de la guerre, nous savons que c'est toute l'Ukraine qui est menacée par ce type de tirs. D’ailleurs, Lviv avait subi des frappes de missiles.

Nous avons entendu sur franceinfo notamment ces témoignages horribles dans les régions évacuées par les forces russes. Dans quel état avez-vous retrouvé l'ambassade à Kiev ? Et d'ailleurs, dans quel état trouvez-vous cette ville qui est un peu la vôtre ?

L'ambassade, nous l'avons retrouvée en bon état, elle n'a pas été touchée. Nous la remettons en fonctionnement avec l'équipe réduite qui m'accompagne. S'agissant de Kiev, évidemment ce n'est plus la ville que j'ai connue avant le début de la guerre. La vie reprend doucement mais elle est très marquée par le conflit. Il y a des check-points absolument partout, une très grande sécurité mais on sent aussi une volonté de reprendre le cours de la vie, même si la guerre est toujours là.

À ce propos, ce n'est pas parce que l'ambassade est revenue à Kiev que nous avons changé notre conseil aux voyageurs, bien au contraire : nous continuons à déconseiller formellement à tous nos ressortissants de se rendre en Ukraine parce que le pays est en guerre. Le danger est partout. Il reste très peu de Français en Ukraine. Il y a des Franco-ukrainiens qui n'ont pas souhaité partir mais leur nombre est très limité.

Vous vous entreteniez ce dimanche matin avec le ministre ukrainien de la Défense. On sait que l'Ukraine souhaite des livraisons d'armes supplémentaires. Où en sont les discussions ?

Oui, absolument. L’un des intérêts de notre retour à Kiev est de permettre le contact au quotidien avec les responsables ukrainiens qui sont restés dans la capitale. Cet entretien avec le ministre de la Défense ukrainien fait suite d'ailleurs à une conversation qu'il avait eue avec notre ministre des Armées Florence Parly. Et donc, pour aller plus loin dans la précision des demandes ukrainiennes, il est indispensable de recevoir en tête-à-tête puisque tout ne peut pas être dit dans la conversation téléphonique que les deux ministres avaient eue il y a quelques jours. On prend note de demandes précises des Ukrainiens. Ensuite, Paris va regarder ce qu'il est possible de faire. Si le matériel existe, s’il est disponible, etc. C'est ce dialogue constant que l'ambassade entretient avec les autorités ukrainiennes dans le domaine militaire mais aussi dans le domaine de l'aide humanitaire : dans quelques jours, nous accueillerons un convoi de pompiers de la sécurité civile qui viendra lui aussi répondre à une demande très précise des Ukrainiens.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.