Guerre en Ukraine : les orthodoxes tiraillés entre le patriarcat de Moscou et l'église ukrainienne

Depuis vingt ans, une partie des orthodoxes ukrainiens tentent de s’émanciper de la tutelle russe et ont développé leur propre église. Mais le clergé qui reste fidèle au patriarcat de Moscou affiche des positions ouvertement pro-russes.

Article rédigé par
Camille Magnard et Laurent Macchietti, édité par Thomas Destelle - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
L’église orthodoxe ukrainienne de Zaporijia, le 16 avril 2022. (CAMILLE MAGNARD / RADIO FRANCE)

Les célébrations de la Pâque orthodoxe se dérouleront dans une semaine en Ukraine, le dimanche 24 avril. Elles devraient faire ressortir les divisions religieuses que l’invasion russe exacerbe depuis un mois et demi. À Zaporijia, le patriarcat de Moscou est installé dans l’imposante cathédrale, sur l’avenue principale. Y règne en maître le métropolite Louka qui justifiait récemment la guerre en Ukraine par la nécessité de nettoyer le pays du vice qui l’a contaminé, venu d’une Europe soi-disant assujettie à la perversion homosexuelle.

>> Retrouvez les dernières informations sur la guerre ne Ukraine dans notre direct

Ce genre de sermons a achevé de dissuader Tetyana. Elle fréquentait jusque-là l’église du patriarcat de Moscou mais elle veut changer de paroisse. "Avant on ne faisait pas vraiment la différence, on allait à l’église sans se demander de quel patriarcat elle dépendait, raconte Tetyana. Avec la guerre, ça change. Je vais aller à l’église ukrainienne, car le patriarcat de Moscou soutient la guerre. Il bénit les atrocités qui sont commises en son nom."

En Ukraine, la population en grande majorité orthodoxe est ainsi divisée entre les fidèles du patriarcat de Moscou et ceux de la nouvelle église ukrainienne, qui se revendique indépendante de la tutelle russe. Depuis le début de l’invasion russe, plusieurs paroisses du patriarcat de Moscou en Ukraine ont pris leurs distances avec les positions belliqueuses de leur clergé. Mais la plupart continuent de servir l’idéologie du Kremlin, notamment dans les zones occupées de la région de Zaporijia. "Il y a des villages occupés où les prêtres du patriarcat de Moscou ont dénoncé aux Russes des citoyens ukrainiens qui avaient participé à la guerre en 2014 contre les pro-russes", affirme Vladislav Moroko, chargé des religions au sein de l’administration régionale.

L'église orthodoxe de Russie va-t-elle être interdite en Ukraine ?

La charge est plus virulente encore venant de l’évêque Fotiy, de l’église orthodoxe en Ukraine. Pour lui, les paroisses du patriarcat de Moscou en Ukraine sont remplies d’ennemis de l’intérieur qui prêchent contre leur propre pays. "Depuis le début de la guerre, plusieurs prêtres du patriarcat de Moscou en Ukraine ont été arrêtés, rapporte l'évêque, parce qu’ils avaient révélé aux Russes les positions de l’armée ukrainienne, ou même parce qu’ils avaient tracé des marques au sol pour aider les Russes à viser précisément certaines cibles."

L'évêque Fotiy, de l’église orthodoxe ukrainienne, estime que les paroisses qui dépendent du patriarcat de Moscou en Ukraine sont remplies "d’ennemis de l’intérieur". (CAMILLE MAGNARD / RADIO FRANCE)

Avec la guerre, une question est revenue : faut-il faire interdire le patriarcat de Moscou en Ukraine, quitte à déchaîner plus encore la colère du Kremlin ? Vladislav Moroko, de l’administration régionale, a un avis bien tranché : "De toute façon je ne vois pas trop comment le conflit pourrait encore se durcir, vu que la Russie brandit déjà la menace nucléaire. Alors, c’est peut-être le bon moment pour frapper fort et interdire le patriarcat de Moscou en Ukraine."

En attendant chaque croyant ukrainien est sommé de choisir son camp en choisissant son église. Ce sera l’un des enjeux, dimanche prochain, des célébrations de la Pâque orthodoxe.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.