Cet article date de plus d'un an.

Guerre en Ukraine : le groupe Wagner accusé de tenter de recruter des combattants en Serbie

La milice paramilitaire russe Wagner recrute-t-elle en Serbie ? Le président Aleksandar Vucic a jeté un pavé dans la mare en demandant publiquement à Wagner d'arrêter de tenter de recruter des Serbes pour aller se battre aux côtés des Russes en Ukraine.
Article rédigé par franceinfo - Laurent Rouy
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Un combattant arborant l'insigne de la milice Wagner à Bakhmout (Ukraine), le 20 décembre 2022 (PHILIPPE DE POULPIQUET / MAXPPP)

"Pourquoi Wagner fait cela à la Serbie ?" s'est interrogé le président Vucic, à propos d'annonces de recrutement pour le groupe paramilitaire diffusées dans le pays.

Même s'il n'y a pas de preuve que Wagner ait réellement recruté des Serbes, un avocat pro-démocratie, Cedomir Stojkovic, a décidé de porter l'affaire en justice : "Ces accusations concernent les activités du groupe Wagner en République de Serbie, les activités de la mission diplomatique russe, et l'inaction des services de contre-espionnage serbes, qui n'empêchent pas ces activités", précise-t-il.

>> Les Etats-Unis désignent le groupe de mercenaires russes Wagner comme organisation criminelle internationale

La majorité des Serbes se sent culturellement proche de la Russie. En 2014, quelques Serbes avaient même rejoint le Donbass. La Serbie est le seul pays européen a ne pas avoir sanctionné la Russie, ce qui irrite les Occidentaux et arrange Moscou. 

"Cette simple information (sur Wagner) est une arme de propagande puissante qui permet de dire que la Serbie est l'alliée de la Russie, et de saper la position de la Serbie auprès des Occidentaux."

Le politologue Igor Novakovic

à franceinfo

Difficile de dire si les responsables de Wagner cherchent vraiment à recruter en Serbie, ou si ces annonces ne sont qu'une tentative de déstabiliser politiquement le sud-est de l'Europe.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.