Cet article date de plus de deux ans.

Guerre en Ukraine : le départ de l'armée russe de Kiev est une "incapacité militaire" et non "un geste de bonne volonté", souligne un spécialiste

"Il est essentiel pour l'Occident" que l'Ukraine gagne cette guerre, insiste Julien Théron, spécialiste des conflits et de sécurité internationale, "si l'on a le souci d'un ordre international fondé sur la stabilité et le droit".

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min
Julien Théron, sur franceinfo, lundi 14 octobre. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Ce que la Russie "présente comme étant un retrait, voire un geste de bonne volonté, est en fait une incapacité militaire", explique le spécialiste des conflits et de sécurité internationale et enseignant à Sciences Po Julien Théron jeudi 7 avril sur franceinfo, alors que l'armée russe a quitté la capitale ukrainienne pour se concentrer sur l'est de l'Ukraine.

>> Guerre en Ukraine : suivez notre direct.

franceinfo : La guerre en Ukraine entre-t-elle dans une nouvelle phase, avec l'offensive imminente russe dans l'est du pays ?

Julien Théron : Oui, absolument. La bataille de Kiev a été perdue par la Fédération de Russie, elle n'a pas réussi à pénétrer le cœur de la ville. Ce qu'elle présente comme étant un retrait, voire un geste de bonne volonté, est en fait une incapacité militaire. Les objectifs ont changé, le Kremlin l'a signifié, il est désormais question de "libérer" la zone Est, c'est-à-dire conforter la prise de territoires au sud et à l'est. Le Kremlin parle en général uniquement de la région du Donbass, mais il y a aussi encore une présence extrêmement significative autour de Kharkiv ainsi qu'au sud. Mais on s'aperçoit que toutes ces zones qui sont russophones, y compris les villes de Kharkiv ou de Marioupol, sont des zones qui résistent à l'invasion.

"La narration qui voudrait que si l'on est russophone, on veut forcément être russe et qu'on attend les libérateurs russes, s'avère parfaitement erronée sur le terrain."

Julien Théron, spécialiste des conflits et de sécurité internationale

à franceinfo

Il faut bien comprendre que c'est une invasion et une prise de contrôle du territoire par la Fédération de Russie.

L'Ukraine demande plus d'armes aux Occidentaux, notamment à l'Otan. Ces armes sont-elles utiles ? Est-il possible d'en donner sans entrer en guerre avec la Russie ?

Elles sont absolument essentielles à la résistance ukrainienne puisque c'est grâce à ces armes-là que l'armée russe a été mise en défaite. C'est aussi grâce à un certain nombre d'autres éléments, notamment le hacking des systèmes d'orientation russes et une série d'impréparation du côté de l'armée russe. Mais effectivement, les armes jouent un rôle absolument essentiel dans cette résistance-là. Il y a eu un renforcement capacitaire de l'Ukraine, notamment avec des drones et des missiles, mais en réalité, des blindés, il lui en manque, et les anciens avions soviétiques qui devaient lui être livrés sont restés en suspens, il n'y a pas eu de suite. Donc effectivement, oui, il y a un renforcement capacitaire qui est possible pour aider les Ukrainiens. La République tchèque vient de décider de livrer des blindés. On peut tout à fait livrer des blindés ou des avions sans faire de nos pays des cobelligérants.

L'Ukraine peut-elle gagner cette guerre ?

Non seulement elle peut la gagner mais il est essentiel pour l'Occident qu'elle la gagne.

"Une défaite ukrainienne serait encore une porte ouverte, après la Syrie, à la possibilité pour n'importe quelle puissance d'envahir ses voisins pour récupérer du territoire, contrôler sa population, ses ressources, en conduisant des crimes sur les populations civiles de manière massive et en toute impunité."

Julien Théron

à franceinfo

Si l'on a le souci d'un ordre international qui est fondé sur la stabilité, la sécurité, le maintien des frontières ainsi que sur le droit international, alors il est essentiel que l'Ukraine gagne cette guerre.

L'armée russe est soupçonnée d'avoir commis des crimes de guerre à Boutcha. Va-t-on découvrir d'autres faits similaires ?

C'est déjà le cas. Il y a eu d'autres territoires autour de Kiev où des civils ont été intentionnellement visés. De manière générale, que l'on tue un civil avec une balle dans la tête, avec un obus de tank ou avec un missile sol-sol, ça revient exactement au même : on n'a pas le droit de viser les civils. L'intentionnalité de ces crimes peut être démontrée par une pratique absolument générale d'une force armée. Et effectivement, ce sont des pratiques que l'on voit sur tout un tas de territoires. L'arrestation des élus, les civils visés à Marioupol, aujourd'hui ce sont des bombardements massifs à Donetsk, des bombardements sur Kharkiv… Les civils visés également dans la région de Kiev. Ce sont les pratiques de large ampleur.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.