Guerre en Ukraine : la Russie affirme avoir détruit un bâtiment abritant des "mercenaires français", Paris dément et dénonce "une manipulation grossière"

La réaction du Quai d'Orsay est intervenue jeudi, au lendemain d'allégations russes sur une frappe qui aurait fait plus de 60 morts à Kharkiv.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des secouristes ukrainiens supervisent la destruction d'un bâtiment résidentiel partiellement détruit par un missile russe, le 17 janvier 2024, à Kharkiv (Ukraine). (SERGEY BOBOK / AFP)

"La France n'a pas de 'mercenaires', ni en Ukraine, ni ailleurs, contrairement à d'autres." Le ministère des Affaires étrangères a dénoncé une "nouvelle manipulation grossière russe", jeudi 18 janvier, après que Moscou a revendiqué avoir détruit un bâtiment dans lequel étaient déployés des "mercenaires français" à Kharkiv, dans le nord-est de l'Ukraine. "Il ne faut pas lui donner plus d'importance qu'aux précédentes et qu'aux suivantes qui ne manqueront pas d'arriver", a ajouté le Quai d'Orsay.

Mercredi, le ministère de la Défense russe avait affirmé que, "dans la soirée du 16 janvier, les forces armées russes [avaient] effectué une frappe de précision sur un point de déploiement temporaire de combattants étrangers à Kharkiv, dont le noyau était constitué de mercenaires français". Le tir avait fait plus de 60 morts et 20 blessés, selon cette source, sur Telegram.

De son côté, l'Ukraine avait rapporté une frappe russe à l'aide de deux missiles S-300 sur Kharkiv, faisant état, sur Telegram, d'au moins 17 blessés, dont deux femmes dans un état grave.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.