Guerre en Ukraine : l'enclave russe de Kaliningrad, nouvelle poudrière en Europe ?

Publié Mis à jour
Guerre en Ukraine : l'enclave russe de Kaliningrad, nouvelle poudrière en Europe ?
France 2
Article rédigé par
L. Lacroix et son équipe - France 2
France Télévisions

Kaliningrad, enclave russe située entre la Lituanie et la Pologne, est devenue, dans le cadre de la guerre en Ukraine, une nouvelle source d'enjeux et de tensions, exacerbées par les sanctions. Décryptage. 

Avec ses plages de sable fin, la région de Kaliningrad (Russie) offre un paysage de carte postale. Elle est devenue le théâtre des tensions entre l'Europe et la Russie. Les touristes russes sont désormais survolés par des hélicoptères de combat, tandis qu'au large, la Russie multiplie les manœuvres militaires. Kaliningrad est une enclave plantée au milieu de l'Europe, bordée par la Lituanie et la Pologne, deux pays de l'Union européenne et de l'OTAN, dont elle dépend pour son approvisionnement. Une nouvelle poudrière ? "Tout ça, c'est à nous. C'est pas l'Europe ici ! Ce n'est qu'à nous et on ne le donnera à personne", s'exclame Irina Lazarenko, une touriste russe. 

La Lituanie refuse de laisser passer certaines marchandises

Dans les rues, les touristes sont moins nombreux que d'habitude. L'inquiétude monte à mesure que les frontières se referment. À la frontière lituanienne, on trouve une file d'attente de 4 kilomètres de camions. La Lituanie a décidé de ne plus laisser passer aucune marchandise sous sanction de l'UE. 40 à 50% de l'approvisionnement de Kaliningrad serait concerné, selon les Russes. Une catastrophe pour Igor Plechkov, un entrepreneur qui possède une fabrique de béton. Lui ne fait pourtant aucun reproche aux Lituaniens. "Si notre pays a malheureusement violé toutes les règles, toutes les lois internationales, est-ce qu'on aurait pu attendre une autre réponse de nos voisins ?", interroge-t-il. 

La seule solution pour le transit de marchandises est de prendre la mer depuis Saint-Pétersbourg (Russie), mais il est plus long et plus onéreux. De son côté, la Russie, qui "dénonce un blocus illégal", a menacé "de mesures de rétorsion", rapporte le journaliste Luc Lacroix. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.