Guerre en Ukraine : Kiev et Moscou s'accusent mutuellement de frappes de drones et de missiles

La Russie annonce avoir abattu 87 drones ukrainiens dans la nuit de jeudi à vendredi, tandis que l'armée de l'air ukrainienne a elle annoncé avoir détruit 14 missiles et 17 drones russes.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des secours sur les lieux d'une attaque de missiles dans la région de Kharkiv (Ukraine), le 31 mai 2024. (VYACHESLAV MADIYEVSKYY / NURPHOTO / AFP)

La Russie annonce, vendredi 14 juin, avoir abattu 87 drones ukrainiens dans la nuit de jeudi à vendredi, dont 70 ont visé la région de Rostov, au sud du pays. "Les systèmes de défense anti-aérienne ont intercepté et détruit des drones au-dessus de la région de Belgorod, de Volgograd, de Voronej, de Koursk, de Rostov, ainsi qu'un drone au-dessus de la péninsule de Crimée" annexée par la Russie en 2014, selon le ministère de la Défense russe.

Dans la région de Rostov, qui abrite le QG de l'opération russe en Ukraine, l'attaque "n'a pas fait de victimes", mais a provoqué des coupures d'électricité dans plusieurs localités, a précisé pour sa part le gouverneur régional, Vassili Goloubev, sur Telegram. Dans la région de Voronej, frontalière de l'Ukraine, "un réservoir d'un dépôt de pétrole a été légèrement endommagé" à la suite de la retombée des débris de drones, selon le gouverneur régional, Alexandre Goussev. L'attaque n'a pas provoqué d'incendie et n'a pas fait de blessés, a-t-il assuré sur Telegram.

L'armée de l'air ukrainienne a elle annoncé avoir détruit 14 missiles et 17 drones russes au cours de la nuit. Une nouvelle vague de frappes était aussi en cours dans la matinée, avec des missiles survolant la région de Kiev et se dirigeant vers celle de Khmelnytsky, plus à l'Ouest, selon l'armée. Trois personnes ont aussi été blessées dans une attaque de drone dans la région de Soumy (nord-est) et plusieurs bâtiments ont été touchés par un incendie dans la région voisine de Kharkiv.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.