Guerre en Ukraine : invité du G7, que va demander Volodymyr Zelensky aux dirigeants ?

La réunion des sept grands pays industrialisés, organisée jusqu’à mardi en Bavière, est largement consacrée à la situation en Ukraine, dont le président doit intervenir ce lundi en visioconférence. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky devant les ruines d'une bâtiment à Mykolaiv, le 18 juin 2022. (HANDOUT / UKRAINE PRESIDENCY)

Que peut-il demander et quelle sera la réponse des dirigeants du G7 ? Invité du G7, ce lundi 27 juin 2022, Volodymyr Zelensky doit s'exprimer par visioconférence en milieu de matinée lors de cette réunion des sept puissances industrielles entamée dimanche au pied des Alpes bavaroises. Il va prendre la parole à un moment-clé : pour la première fois depuis des semaines, la capitale ukrainienne a été frappée dimanche matin par des missiles russes tandis que des combats acharnés se poursuivent dans l'est du pays, après cinq mois de guerre en Ukraine. 

>> Guerre en Ukraine : suivez l'évolution de la situation en direct

Confronté aux revers enregistrés par l’armée ukrainienne dans le Donbass, Volodymyr Zelensky ne devraient pas varier dans ses demandes face au G7 : davantage d’armes lourdes, afin de disposer d’une parité de feu avec les Russes, qui pilonnent sans relâche l’est de l’Ukraine ; et un renforcement des sanctions occidentales contre le régime de Poutine, pour ébranler la machine de guerre de la Russie. Les frappes russes dimanche 26 juin sur Kiev fournissent au président ukrainien des arguments supplémentaires pour accentuer la pression sur les occidentaux, d'ailleurs dénoncées comme des actes de "barbarie" par le président américain, Joe Biden.

Montrer l'unité

Olaf Scholz, organisateur de ce G7 en Bavière, est comptable des réponses qui seront apportées à Volodymyr Zelensky. La tiédeur de son soutien à l’Ukraine dans les premiers temps de son mandat a affecté sa popularité. Le chancelier allemand insiste désormais sur l’unité des alliés à laquelle "Poutine ne s’attendait pas", assure-t-il. Et les dirigeants du G7 savent que Moscou guette le moindre signe de fêlure dans le camp occidental. Pour bien appuyer son message, Volodymyr Zelensky participera également au sommet de l'Otan à Madrid à partir de mardi.

Au premier jour de leurs échanges, les sept pays industrialisés (Allemagne, France, États-Unis, Canada, Japon, Italie, Grande-Bretagne) ont annoncé élargir les sanctions contre Moscou en décrétant un embargo sur l'or nouvellement extrait en Russie. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.