Guerre en Ukraine : Emmanuel Macron annonce la cession à Kiev d'avions Mirage 2000

Le chef de l'Etat souhaite que cette livraison intervienne "dès la fin de l'année" 2024.
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des avions de chasse Mirage 2000 de l'armée française, le 14 juillet 2022. (CHRISTOPHE SIMON / AFP)

Après les missiles et les canons, les avions de chasse. La France s'apprête à céder à l'Ukraine des avions de combat Mirage 2000 - 5, pour l'épauler dans sa guerre contre la Russie, a annoncé jeudi 6 juin Emmanuel Macron dans une interview sur TF1 et France 2. Ces appareils, dont le nombre n'a pas été précisé, "permettront à l'Ukraine de protéger son sol et son espace aérien", a-t-il déclaré.

Cette livraison prévue s'accompagnera de "sessions de formation" de chasseurs ukrainiens, a déclaré le chef de l'Etat. "Il faut que les pilotes puissent être formés dès cet été", a-t-il insisté, ajoutant qu'"il faut cinq à six mois" pour une formation complète, et que donc "dès la fin de l'année, ils aient ces avions". Il a par ailleurs également annoncé la volonté de former "4 500 Ukrainiens, de les équiper, de les entraîner et leur apporter des munitions qui permettront de défendre leur sol".

La formation des pilotes se poursuit en France

Contacté par franceinfo, le ministère des Armées souligne que la France formait déjà des pilotes ukrainiens, mais sur des avions américains F-16 jusqu'à présent. Certains de ces chasseurs vont donc être "prélevés" pour être en capacité de piloter des Mirage 2000-5, poursuit le ministère.

Le chef de l'Etat avait prévenu qu'il effectuerait des annonces sur l'Ukraine, après des déclarations prématurées de l'armée ukrainienne sur l'hypothétique envoi d'instructeurs militaires français sur le sol ukrainien. Alors que cette piste restait étudiée par la France et d'autres partenaires européens de l'Ukraine, la Russie avait menacé de frapper les instructeurs étrangers en Ukraine, "peu importe qu'ils soient français ou non".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.